BIODERMA France | Démangeaisons : Tout comprendre avec nos experts

Allez au contenu Allez à la navigation

Démangeaisons : Tout comprendre avec nos experts

Démangeaisons : Tout comprendre avec nos experts
Dr Isabelle BARATTE
UN SYMPTÔME QUI EN DIT LONG
Dr Isabelle Baratte,
Dermatologue,
attachée aux Hospices Civils de Lyon
Quelle est l’importance des démangeaisons en consultation ?
C’est un symptôme très courant, que l’on rencontre à tout âge de la vie. En consultation, on voit aussi bien des bébés ayant de l’eczéma que des personnes âgées à la peau très sèche qui se grattent beaucoup. Les démangeaisons peuvent être occasionnelles ou permanentes, parfois localisées ou présentes sur tout le corps. Ce symptôme un peu général correspond à des situations très diverses et tout l’enjeu est de comprendre quelle en est la cause.»
Quelles sont les conséquences des démangeaisons ?
Les démangeaisons ont un impact réel sur la qualité de vie, surtout lorsqu’elles sont importantes et deviennent chroniques, au-delà de 6 semaines. On observe fréquemment des difficultés de sommeil, en particulier chez les tout-petits en cas de crise d’eczéma. Les démangeaisons des bébés ont un retentissement direct sur la vie de famille, c’est évident. Chez les adultes, l’inconfort affecte aussi les activités du quotidien, avec souvent des troubles de l’humeur, parfois une tendance à l’anxiété et à la déprime, une sensation de mal-être général. L’expression « être mal dans sa peau » prend tout son sens ! Bien sûr c’est important de soulager la sensation de démangeaison, mais pour les prendre en charge et les supprimer à long terme, il faut trouver leur origine.»
Isabelle BENOIT
Des causes très diverses à tout âge
Isabelle BENOIT
Directrice scientifique BIODERMA
Symptôme de multiples dysfonctionnements cutanés, le prurit, par son nom pas très glamour, désigne la sensation de démangeaison. Certaines démangeaisons ont des causes médicales bien identifiées. Voici les principales… »
LA DERMATITE ATOPIQUE
Cette dermatose inflammatoire chronique alterne des périodes de poussées et d’accalmie. La barrière cutanée fréquemment carencée en filaggrine, engendre une sécheresse sévère de la peau associée à des réactions immunitaires excessives.
L’ECZÉMA DE CONTACT
C’est une réaction causée par la mise en contact d’un allergène avec la peau. Bijoux, vêtements, cosmétiques ou médicaments sensibilisent la peau et la rendent sujette aux démangeaisons.
L’URTICAIRE
Elle se caractérise par des plaques rouges très prurigineuses liées à un contact direct de la peau avec un allergène, une réponse immunitaire à de la nourriture ou une piqûre d’insecte.
LE PSORIASIS
Cette inflammation chronique souvent d’origine génétique touche 2% de la population. Elle est caractérisée par une augmentation de la prolifération des cellules de l’épiderme et se manifeste par la formation de lésions squameuses.
LE PRURIT SÉNILE
Chez les plus de 65 ans, le manque de lipides peut engendrer inconfort et sensations de démangeaisons.
C’est le prurit sénile, appelé aussi xerose sénile. Il touche 60% des personnes âgées.
« Beaucoup d’autres facteurs externes peuvent provoquer des démangeaisons, comme la chaleur, la pollution ou des produits d’hygiène inadaptés. Le prurit est aussi renforcé en hiver, car le froid, le chauffage et les changements de température aggravent la sécheresse cutanée. Même l’eau d’une simple douche ou d’un bain peut suffire à déclencher des démangeaisons, on parle alors de prurit aquagénique.»
Isabelle BENOIT
C’EST DANS LA TÊTE…
MAIS PAS QUE !
Dr Michèle SAYAG,
Médecin allergologue
Si le réflexe de grattage est commandé par le cerveau, le processus de démangeaison, appelé prurit par les médecins, naît dans la peau. Comprendre comment, est indispensable pour mettre au point une solution efficace.
Les explications de Michèle Sayag, médecin allergologue.
Un seul symptôme mais des mécanismes différents
qu’on appellera les « voies pruritiques »
Les démangeaisons naissent au niveau des récepteurs sensitifs de l’épiderme, qui sont activés par différents médiateurs, variables selon les causes. Le signal est émis le long des terminaisons nerveuses sensitives jusqu’au cerveau qui déclenche alors le réflexe de grattage.

• Les voies pruritiques de l’urticaire et de l’eczéma de contact passent par les cellules immunitaires : elles libèrent des médiateurs (histamine, substance P, sérotonine, certaines protéases et cytokines), qui activent les fibres nerveuses. Les antihistaminiques stoppent ou réduisent les démangeaisons en bloquant les récepteurs de l’histamine mais ils restent inefficaces sur d’autres types de démangeaisons.
En dehors du rôle bien connu de l’histamine dans le prurit au cours de l’urticaire, les scientifiques ont mis en évidence l’existence de deux nouvelles voies pruritiques, faisant intervenir des neurotransmetteurs spécifiques, sur lesquels il est intéressant d’agir pour réduire l’activation des fibres nerveuses sensitives qui transmettent le signal du prurit au cerveau.

Dans la dermatite atopique, la voie pruritique implique les kératinocytes, des cellules superficielles de la peau qui libèrent la TSLP, qui elle-même active les fibres nerveuses sensitives.
Dans le psoriasis, c’est le NGF produit par les kératinocytes qui active ces mêmes fibres.

• Le mécanisme est différent dans la sécheresse cutanée liée à l’âge (ou xérose sénile). L’activation des fibres nerveuses sensitives intervient forcément, mais la voie pruritique reste mal élucidée. Elle implique très probablement l’altération de la barrière cutanée, spécifique du vieillissement de la peau.
Un soin anti-démangeaisons efficace doit prendre en compte le maximum de voies pruritiques biologiques. Grâce à ses différents actifs, Atoderm SOS Spray apaise des démangeaisons d’origines très variées.