Définition Dermatite Séborrhéique ? Peau + rougeur + Squame que faire ?

Allez au contenu Allez à la navigation

Peau avec rougeurs et squames

Mieux la comprendre, mieux en prendre soin

Partager

Des rougeurs associées à des squames sur la peau du visage, du corps et sur le cuir chevelu peuvent être liées à deux pathologies chroniques spécifiques des peaux sensibles et réactives, la dermite séborrhéique et le psoriasis.

Résumé
  1. Comment reconnaître la dermatite séborrhéique ?
  2. Qui est touché par la DS ?
  3. Quelles sont les causes de la DS ?
  4. Comment reconnaître le psoriasis ?
  5. Qui est touché par le psoriasis ?
  6. Quelles sont les causes du psoriasis ?
Peau avec rougeurs et squames

Comment reconnaître la dermatite séborrhéique ?

La dermite (ou dermatite) séborrhéique est un état inflammatoire et squameux affectant tout particulièrement le visage et le cuir chevelu.
L’atteinte au niveau du visage est principalement située sur les zones grasses (riches en glandes sébacées) de part et d’autre du nez, sur les plis des ailes du nez (sillons naso-géniens), la zone inter-sourcilière et les sourcils, les conduits auditifs externes. Le cuir chevelu est une zone de prédilection et la pathologie provoque un état pelliculaire inflammatoire qui déborde du cuir chevelu. D’autres zones pileuses peuvent être atteintes comme le bord libre des paupières (responsable d’une blépharite), voire le pubis et chez l’homme, la barbe ou la région sternale.
Au niveau du cuir chevelu, les squames sont volontiers jaunâtres et grasses, peu ou pas adhérentes au cuir chevelu. L’extension au-delà de la limite d’implantation des cheveux, sur le front, est possible. Voir la rubrique "États pelliculaires et squames" des cheveux et cuir chevelu ici.
La dermite séborrhéique évolue par épisodes entrecoupés de périodes d’accalmie complète ou relative. Les saisons et le stress peuvent rythmer les poussées inflammatoires. L’augmentation hivernale des manifestations cliniques est fréquente.
Les symptômes sont variables mais il existe fréquemment un prurit ou une sensation de brûlure.

Qui est touché par la DS ?

Il s’agit d’une pathologie fréquente de l’adulte (elle affecte 3 % de la population) – en particulier l’adulte jeune – mais qui touche aussi très fréquemment les nourrissons (71 % d’entre eux) de manière temporaire. Les « croûtes de lait » du nourrisson sont une des manifestations de la dermite séborrhéique.

Quelles sont les causes de la DS ?

Si certaines conditions particulières favorisent une apparition brutale de dermite séborrhéique, c’est le plus souvent chez un adulte jeune en pleine santé que les symptômes apparaissent.
Plusieurs facteurs entrent en compte :

  • La quantité de sébum,
  • Des levures (champignons) du genre Malassezia présentes sur la peau des individus (flore saprophyte),
  • La réponse immunitaire de la personne affectée vis-à-vis des levures qui irritent et enflamment la peau.

Le caractère chronique, récidivant de la dermite séborrhéique qui déclenche à la fois des rougeurs sur le visage accompagnées ou non de squames et/ou de pellicules est une source de gêne importante pour les personnes affectées. Cette gêne est autant sociale que fonctionnelle (prurit, sensations de brûlure…).

Comment reconnaître le psoriasis ?

Le psoriasis est une pathologie cutanée chronique – non contagieuse - qui affecte 2 à 3 % de la population. Elle peut apparaître à tout âge. Des facteurs déclenchants spécifiques peuvent révéler un terrain génétiquement prédisposé et favoriser l'apparition des lésions.
Les plaques de psoriasis sont rouges (érythémateuses) et recouvertes de squames épaisses blanchâtres. Elles sont très bien limitées par rapport à la peau saine. Les zones les plus classiquement atteintes sont les coudes et les genoux (zones soumises à des microtraumatismes), toutefois toute partie du tégument peut être atteinte et la zone de prédilection est le cuir chevelu (en particulier la zone occipitale). Lorsque le psoriasis touche les plis (aines, aisselles…), on parle de psoriasis inversé qui est beaucoup moins squameux. Les ongles sont aussi parfois touchés de différentes manières (épaississement, ponctuations, déformations).
Parfois, le psoriasis se manifeste au niveau de la peau par des toutes petites plaques «en gouttes» ou par des pustules sur un fond d’érythème (rougeur).
Des démangeaisons, voire des sensations de brûlure au niveau des plis, peuvent s’associer aux lésions. Le retentissement du psoriasis sur la qualité de vie peut être majeur, en particulier s’il est étendu ou présent sur des zones particulièrement gênantes ou invisibles. 
Outre l'atteinte cutanée, l’atteinte rhumatologique est possible. Elle touche environ 25 % des personnes ayant une atteinte cutanée. Ce rhumatisme psoriasique peut être axial (colonne vertébrale) ou périphérique (en particulier les articulations des phalanges).

Qui est touché par le psoriasis ?

Le psoriasis touche les hommes comme les femmes et peut se révéler à tout âge. Cependant, il débute avant 20 ans dans un tiers des cas et apparaît fréquemment entre 20 et 40 ans.

Quelles sont les causes du psoriasis ?

Une atteinte familiale est retrouvée dans 30 à 40 % des cas. La transmission se fait par plusieurs gènes (on dit multigénique) et n’a de ce fait rien de systématique.

Localement au niveau de la peau, l’accélération du renouvellement de l’épiderme est responsable de l’apparition des plaques. Sur ce terrain prédisposant, certains facteurs déclencheurs sont nets :

  • Variations climatiques (périodes de froid en particulier),
  • Facteurs infectieux (rhinopharyngées notamment),
  • Stress psychologiques (la peau est sous l’influence de neuromédiateurs et elle est ici "trop réactive"),
  • Traumatismes locaux (brûlures, frottement et de manière plus pragmatique grattage),
  • Certains médicaments (antipaludéens de synthèse, certains médicaments de l’hypertension, sels de    lithium, certains collyres spécifiques…).

Les médecins connaissent ces médicaments et il ne s’agit pas d’interrompre un traitement utile sans preuve de sa responsabilité.

Certaines pathologies ou habitudes toxiques, bien que non systématiques, sont plus souvent retrouvées chez les patients psoriasiques : le syndrome métabolique (plusieurs signes, parmi lesquels un surpoids, une hyperlipidémie, une hyperglycémie ou une hypertension artérielle), la consommation excessive d’alcool, le tabagisme.