Allez au contenu Allez à la navigation

Peau irritée avec démangeaisons, atopique

Avis de nos experts

Share

Découvrez l'avis de nos experts pour en savoir encore plus sur les peaux  irritées avec des démangeaisons et les peaux atopiques !

La solution la plus immédiate est de lui appliquer un dermocorticoïde tous les jours en quantité suffisante.
Il existe aussi des techniques anti-grattage : les moufles (pour éviter les griffures et les saignements chez les plus petits), les packs froids (pour anesthésier la douleur) et les roulettes de grattage (pour limiter chez les plus grands les envies de grattage). 

L’hydratation quotidienne de l’enfant, 1 à 2 fois par jour, est fondamentale dans le traitement de la dermatite atopique. Lors des périodes de crise, le traitement hydratant sera interrompu sur les zones redevenues inflammatoires qui devront recevoir une nouvelle cure de dermocorticoïdes. Le traitement par crème émolliente sera poursuivi sur le reste du corps.

Non, ils sont d’une grande efficacité. La durée du traitement doit être suffisamment prolongée pour entraîner la disparition complète des lésions. Arrêter trop tôt le traitement peut être contre-productif. Il est impératif de respecter la prescription de son médecin.

Une fausse idée, en réalité, les produits assouplissants ne sont pas particulièrement allergisants. En revanche, des études ont montré que l’effet assouplissant sur les fibres textiles diminue l’irritation cutanée, un effet bénéfique sur la peau atopique. 

La dermatite atopique est fortement liée au terrain familial. Si un des deux parents est atopique, le risque pour l’enfant de l’être est de 50 %. Le risque augmente si les deux parents sont atopiques.

L'atopie correspond à un terrain allergique (terrain atopique) qui peut se manifester sur la peau (eczéma atopique, encore appelé dermatite atopique), mais également au niveau respiratoire (asthme allergique), au niveau ORL (rhinite allergique) ou au niveau oculaire (conjonctivite allergique).
Il est important de noter que l'eczéma n'est pas toujours atopique ; ainsi l'eczéma de contact est dû à une sensibilisation au contact d’une substance allergène (bijou fantaisie ou bouton de jean contenant du nickel, chaussures…).

En cas de terrain atopique, un bain 1 soir sur 2 avec lavage des cheveux est suffisant. Cela permet de préserver une barrière cutanée fragile.
L’eau calcaire aggrave la sécheresse cutanée et donc l’altération de la barrière cutanée, ce qui permet aux allergènes de l’environnement de pénétrer la peau et de déclencher des poussées d’eczéma.

  • Chez le nourrisson, c’est essentiellement le visage (joues, front, menton) et/ou la face externe des bras et des cuisses qui sont touchés.
  • Chez l’enfant, les zones atteintes sont les plis des coudes, des genoux, des poignets, le dessous des pieds, des mains, le torse, le cou.
  • L’adulte, lui, est généralement touché au niveau du visage, du cou ou des mains.

Dans 80 % des cas, la dermatite atopique disparaît avant l’âge de 7 ans. L’enfant conservera néanmoins une peau sèche voire très sèche.

Il faut utiliser des produits d’hygiène qui respectent la barrière cutanée, hydrater sa peau régulièrement (1 à 2 fois par jour) avec un soin émollient adapté préventif dès la naissance pendant plusieurs mois et veiller à adapter son environnement (éviter l’exposition à des allergènes tels que la poussière qui contient des acariens, les poils d’animaux ; éviter les ambiances sèches ou surchauffées ; privilégier les tissus en coton plutôt qu’en synthétique ; éviter l’exposition au soleil et au froid).

Un bébé atopique peut se tortiller, s’agiter et s’écorcher avec ses ongles, risquant ainsi de provoquer des lésions. La peau peut alors devenir plus perméable aux allergènes, ce qui aggrave l’inflammation cutanée. Il est donc important de vérifier plusieurs fois par semaine l’état des ongles de l’enfant et de lui couper si nécessaire (mais attention, pas trop courts).