Conseils dermatologie Peau sèche liée aux chimiothérapies

Allez au contenu Allez à la navigation

Peau sèche liée aux chimiothérapies

Mieux la comprendre, mieux en prendre soin

Peau sèche liée aux chimiothérapies
Partager

Le nombre de patients traités par chimiothérapies a augmenté de 20 % depuis 2005* et surtout le nombre de cycles de chimiothérapie est en croissance constante. Les progrès de la médecine permettent de disposer de traitements mieux connus et mieux maîtrisés. Leur tolérance notamment a été nettement améliorée avec une prise en compte des effets indésirables, ce qui favorise leur observance. Pourtant, les effets secondaires, notamment cutanés et capillaires, restent un problème majeur.

*©Situation de la chimiothérapie des cancers - Rappor t 2012. Collection États des lieux et des connaissances, ouvrage collectif édité par l’INCa, Boulogne-Billancourt, juin 2013.

Résumé
  1. Les effets secondaires des chimiothérapies, pourquoi ?
  2. Quels effets secondaires sur la peau et le cuir chevelu ?
  3. Quels sont les effets secondaires cutanés les plus fréquents ?
  4. Qu'est-ce que le syndrome mains-pieds ?
  5. Quels sont les effets secondaires sur le cuir chevelu ?
  6. Pourquoi perd-on ses cheveux ?
  7. Existe-t-il des moyens de prévention de la chute des cheveux ?
Peau sèche liée aux chimiothérapies

Les effets secondaires des chimiothérapies, pourquoi ?

Le nombre de nouveaux cas de cancers a doublé au cours des 30 dernières années. Bien que l'on compte 385 000 nouveaux cas par an, la mortalité diminue régulièrement et 3 millions de personnes vivent en France avec ou après un cancer*. Pour faire face à la prolifération anarchique des cellules cancéreuses dans le corps, les chimiothérapies font partie des traitements les plus efficaces et les plus prescrits. Cependant, elles ne peuvent cibler seulement les cellules cancéreuses et touchent indistinctement d'autres cellules de l'organisme. Elle induisent ainsi de nombreux effets indésirables, en particulier sur la peau et sur le cuir chevelu. Même s'ils ne mettent pas en jeu le pronostic vital, ces effets secondaires ont un impact considérable sur la qualité de vie des patients et peuvent parfois les conduire à stopper leur traitement. Il est donc particulièrement important de les connaître et de les prendre en compte.

*Institut National du Cancer - www.e-cancer.fr / données 2015

Quels effets secondaires sur la peau et le cuir chevelu ?

Il existe différents types de médicaments regroupés sous l'appellation de chimiothérapies. Toutes les molécules n'ont pas les mêmes effets et chaque personne réagit aussi différemment. Néanmoins, il existe des constantes. L'effet secondaire le plus connu et le plus redouté est la chute des cheveux, qui ne se produit pas avec toutes les chimiothérapies, encore une fois. De manière générale, les chimiothérapies provoquent une altération des phanères, c’est-à-dire les cheveux, les poils et les ongles. Difficiles à vivre, tous ces effets secondaires sont réversibles et disparaissent quelques semaines ou quelques mois après l'arrêt du traitement.

Quels sont les effets secondaires cutanés les plus fréquents ?

  • La sécheresse cutanée est l'une des conséquences les plus observée en cas de chimiothérapie. Elle se manifeste autant sur le visage que sur tout le corps. Cette sécheresse intense appelée xérose, est liée à une altération de la barrière cutanée. La peau ne retient plus l'eau, les glandes sébacées fonctionnent mal. L'épiderme présente des écailles typiques de la peau très sèche avec des démangeaisons. En l'absence de soins adaptés, des fissures vont se développer au bout des doigts, des orteils et des talons.
     
  • Une éruption de boutons est fréquemment observée en cas de chimiothérapie de la classe des thérapies ciblées. Elle apparaît dès deux semaines de traitement et est également liée à une altération de la barrière épidermique. Des lésions ressemblant à de l'acné se développent sur le visage, le cou, les épaules, le torse et le haut du dos. Les bactéries prolifèrent et aggravent encore ces lésions.
     
  • Les ongles sont souvent abîmés par les traitements. Ils peuvent devenir secs et cassants, se décolorer, présenter des stries ou des taches sombres.

Qu'est-ce que le syndrome mains-pieds ?

Le syndrome mains-pieds est une conséquence directe de certains types de chimiothérapies. Il s'agit d'une fragilisation des vaisseaux sanguins des mains et des pieds. Cette réaction inflammatoire associant souvent rougeurs, gonflements et fourmillements dans un premier temps peut atteindre différents stades d'évolution, classés sur une échelle de graduation. L'ampleur des effets varie avec le dosage et la durée du traitement mais dépend aussi des réactions individuelles.

  • Grade 1 : inconfort avec rougeurs, fourmillements et sensations de brûlure, les activités du quotidien ne sont pas impactées.
  • Grade 2 : sensation de douleur comme des piqûres ou des brûlures, avec cloques, crevasses et oedèmes, les gestes du quotidien ne sont pas impactés.
  • Grade 3 : la peau extrêmement sèche s'épaissit et desquame par endroits, la marche devient douloureuse, certains gestes deviennent difficiles.

Il est très important de réagir dès l'apparition des premiers symptômes pour ralentir l'évolution, soulager la douleur et limiter les effets au quotidien. En cas de conséquences trop invalidantes, le médecin peut être amené à diminuer les doses de chimiothérapie ou à suspendre le traitement, ce qui diminue les chances de guérison. Dans tous les cas, le syndrome main-pied disparaît avec l'arrêt du traitement.

Quels sont les effets secondaires sur le cuir chevelu ?

Ils se manifestent à deux niveaux :

  • La perte des cheveux, appelée alopécie, est l'effet secondaire le plus mal accepté par les femmes comme par les hommes. Peu de progrès ont été faits dans ce domaine et l'efficacité des traitements préventifs reste limitée. Très traumatisante psychologiquement, la perte des cheveux apparaît comme le premier signe extérieur de la maladie,  difficile à vivre socialement et à supporter pour l'image de soi. Cependant, l'alopécie n'est pas systématique et dépend à la fois du type de traitement, de sa durée et des réactions de chacun : avec la même chimiothérapie, certains perdront leurs cheveux et d'autres non. Dans tous les cas, les cheveux repoussent dès la fin du traitement.
     
  • Avant et pendant la chute des cheveux, le cuir chevelu est sensible, irrité avec des sensations de picotements, des démangeaisons et parfois même des douleurs.

Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Les chimiothérapies ont un impact sur toutes les cellules en cours de renouvellement, les cellules cancéreuses bien sûr, mais pas seulement. Pour bien comprendre, il faut savoir que le cheveu se compose du follicule pileux, partie invisible au niveau du cuir chevelu et de la tige, partie visible communément appelée cheveu. Comme les follicules pileux sont presque tous constamment en phase de croissance, ils sont particulièrement touchés par l'action des chimiothérapies. La zone du cuir chevelu étant fortement irriguée par le réseau vasculaire, la propagation des actifs médicamenteux est favorisée. Résultat, les cheveux tombent ou deviennent cassants. Beaucoup de patients ressentent également des tiraillements, des picotements, des démangeaisons ou même des douleurs au niveau du cuir chevelu. Il devient particulièrement sensible et irrité pendant la chute. L'action des chimiothérapies sur les follicules pileux se manifeste aussi sur les cils, les sourcils, la barbe et les poils qui tombent également un peu après les cheveux.

Existe-t-il des moyens de prévention de la chute des cheveux ?

Le port d'un casque réfrigérant au moment de la chimiothérapie peut se révéler efficace dans certains cas. L'idée est de générer une vasoconstriction des vaisseaux sanguins du crâne grâce au froid, pour limiter le passage du médicament à leur niveau. Le casque est rempli d'un liquide à -25°C et doit être porté avant, pendant et une demi-heure après l'injection de chimiothérapie. Les résultats sont très variables selon le traitement, le type de cancer et chaque personne. Il existe des contre-indications et ce moyen de prévention peut occasionner certains effets secondaires comme des nausées ou des vertiges.