Conseils dermatologie Pied du diabétique - pathologie du pied

Allez au contenu Allez à la navigation

Pied du diabétique

Mieux le comprendre, mieux en prendre soin

Conseils dermatologie Pied du diabétique - pathologie du pied
Partager

Les pathologies du pied font partie des complications fréquentes du diabète, maladie chronique en forte croissance partout dans le monde. Plus de 15 % des personnes diabétiques sont concernées un jour ou l'autre par des affections des pieds. Leurs apparitions doivent être surveillées avec la plus grande vigilance, car elles passent souvent inaperçues et évoluent silencieusement. Pourtant, les conséquences peuvent être gravissimes puisque le diabète reste la première cause d'amputation en France hors accidents (CEED* : centre européen d’étude du diabète). Il est donc très important de réagir dans les meilleurs délais.

http://ceed-diabete.org/fr/le-diabete/les-chiffres/ 

Résumé
  1. Quelles sont les principales pathologies du pied diabétique ?
  2. La neuropathie diabétique, qu'est-ce que c'est ?
  3. Quelles sont les complications d'une neuropathie ?
  4. Quel rôle joue l'artériopathie ?
  5. Qu'appelle-t-on le mal perforant plantaire ?
Pied du diabétique

Quelles sont les principales pathologies du pied diabétique ?

Tous les types de diabètes peuvent occasionner des complications chroniques multiples, liées à un excès de sucre dans le sang pendant de longues périodes. "Le pied du diabétique" désigne une fragilisation de la structure du pied provoquée par la maladie. On observe à la fois une perte de sensibilité du pied due à la neuropathie, et un défaut de cicatrisation dû à l'artériopathie. La moindre agression de la peau du pied peut dégénérer en plaie chronique. Parallèlement, les dérèglements biologiques classiques des personnes diabétiques entraînent une sécheresse accrue de la peau et une rigidification des tissus qui rendent la cicatrisation encore plus difficile. Tous ces facteurs expliquent l'apparition fréquente de callosités qui peuvent évoluer vers des ulcérations plantaires avec risque d'infection.

La neuropathie diabétique, qu'est-ce que c'est ?

L'hyperglycémie chronique finit par avoir des conséquences sur les fibres nerveuses, provoquant une neuropathie diabétique, principal facteur d'apparition et de développement des plaies du pied. Les nerfs ne fonctionnent plus correctement et une perte de sensibilité des pieds à la douleur, au chaud, au froid apparaît, sans que le patient ne s'en rende compte. La douleur qui fait office de signal d'alerte en cas d'agression disparaît. La moindre écorchure, petite entaille, un frottement répété des chaussures,un ongle mal taillé ou une légère brûlure, toutes les lésions mineures passent inaperçues et s'aggravent rapidement.

Quelles sont les complications d'une neuropathie ?

Les déformations des pieds

Au-delà de la perte de sensibilité, des fourmillements, picotements et engourdissements, la neuropathie entraîne des déformations des pieds car les muscles s'atrophient progressivement. Les pieds présentent souvent des oignons, des orteils en griffe ou en marteau. Comme ils deviennent creux et s'affaissent, les zones d'appui sont modifiées avec un risque accru de pressions prolongées qui occasionnent durillons, crevasses et lésions diverses.

Hallux valgus : déviation du gros orteil vers l'extérieur
Orteils en marteau : les orteils se replient sur eux-mêmes vers le haut
Orteils en griffe : les orteils se replient sur eux-mêmes vers le bas
 

Une augmentation de la sécheresse

  • par diminution de la sudation

La neuropathie joue aussi sur la transpiration, car le système nerveux contrôle les glandes sudoripares, qui sécrétent alors moins de sueur sur les extrémités des membres inférieurs.

  • par diminution de la production de sébum

Les diabétiques fabriquent également moins de sébum et le film hydrolipidique de protection de la peau est donc moins efficace.
Ces deux facteurs  expliquent que les pieds diabétiques deviennent secs, augmentant le risque de fissure. Cette sécheresse intense s'accompagne d'un épaississement des couches de la peau, une hyperkératose qui se manifeste par de la corne. 

Quel rôle joue l'artériopathie ?

Comme dans d'autres pathologies, le diabète se caractérise par une mauvaise vascularisation des pieds. Mal irrigués par le sang, ils cicatrisent difficilement à cause d'un déficit d'oxygène, aggravé par une fragilisation de la paroi artérielle due à l'hyperglycémie. Ce problème artériel vient s'ajouter à la neuropathie et complique encore les plaies du pied. Des ulcères douloureux et des nécroses des tissus peuvent apparaître car les fissures plantaires offrent une porte d'entrée aux bactéries pouvant causer des infections et gangrènes. 

Qu'appelle-t-on le mal perforant plantaire ?

La combinaison de la neuropathie et de l'artériopathie peut avoir des conséquences très graves. Le pied s'affaisse, de nouvelles zones de frottements apparaissent, la corne se développe et sous cette callosité d'origine mécanique, une poche de liquide finit par se créer. Avec la pression de la station debout et de la marche, le risque d'infection est très élevé. La poche de liquide évolue en abcès, qui finit par s'évacuer en formant un trou, très difficile à cicatriser et nécessitant parfois à terme une amputation, dans les cas les plus avancés.
85 %* des amputations sont précédées d'une ulcération du pied.
D'après la FFD (Fédération Française des Diabétiques), environ 10 000 personnes diabétiques en France se font amputer tous les ans suite à une plaie du pied. Autrement dit, toutes les heures, une personne se fait amputer en France suite à une complication du diabète.

* Donnée HAS : Rapport juillet 2007, SEANCES DE PREVENTION DES LESIONS DES PIEDS CHEZ LE PATIENT DIABETIQUE,PAR LE PEDICURE-PODOLOGUE.