Allez au contenu Allez à la navigation

Des effets secondaires pas si secondaires

Des effets secondaires pas si secondaires

En France, 3 millions de personnes vivent avec ou après un cancer.

L’Organisation Mondiale de la Santé estime que les cas de cancer devraient augmenter de 70%1 dans le monde dans les 20 ans à venir.

De nouvelles classes de traitements apparaissent pour mieux combattre la maladie.

Mieux vivre son traitement, optimiser ses chances.

Selon certaines études, 2 patients sur 3 atteints de cancer souffrent d’effets secondaires cutanés. Pas facile de gérer leurs conséquences physiques, les problèmes d’image de soi qui retentissent sur les relations sociales et sur l’équilibre émotionnel dans un contexte déjà très difficile.

Dans beaucoup de structures, les oncologues conseillent aux patients d’anticiper pour préparer leur peau aux traitements. Bien gérer les toxicités cutanées éventuelles n’a rien d’anodin, quand on sait qu’elles peuvent compromettre le bon déroulement du traitement.

1 Rapport « World Cancer Report 2014 » CIRC/IARC.

Image name

“ En cas d’une toxicité importante, on sera obligé d’arrêter certains traitements voire de les contre indiquer. ”

Dr. Delphine Loirat

01Les effets secondaires cutanés sont-ils les mêmes pour tous les traitements ?

Les effets secondaires cutanés liés aux traitements du cancer sont multiples. Ils dépendent principalement des types de traitements que peut recevoir le patient : cela peut être des effets secondaires en lien avec la radiothérapie, avec la chirurgie et également avec les traitements systémiques. Les traitements systémiques sont administrés soit par voie veineuse soit par voie orale, ce sont la chimiothérapie, l’hormonothérapie, les thérapies ciblées et depuis peu de temps, l’immunothérapie. ”

Retour au sommaire

02Les effets secondaires cutanés des traitements systémiques sont-ils variables ?

“ En effet, il y a une variabilité en termes de toxicité cutanée pour les traitements systémiques, cela dépend du type de traitement.
Il y a des toxicités cutanées extrêmement fréquentes, communes aux différents types de traitements, comme la xérose, c’est-à-dire la sécheresse cutanée, et d’autres traitements qui ont des effets secondaires très spécifiques selon la molécule utilisée. ”

Retour au sommaire

03Quels sont les effets cutanés les plus fréquents ?

“ Parmi les effets les plus fréquents, on retrouve des effets allergiques qui arrivent très rapidement après l’injection des produits ou de façon retardée, des toxicités de type xérose, donc des sécheresses cutanées, des toxicités spécifiques aux molécules utilisées, comme le syndrome main pied, qui touche uniquement la paume et la plante des pieds.
En termes d’effets secondaires courants, on observe également des rash, qui sont des éruptions cutanées, notamment liées aux thérapies ciblées, où les patients ont des éruptions qui ressemblent à de l’acné. Elles sont très spécifiques à certaines molécules et sont attendues chez quasiment tous les patients traités. ”

Retour au sommaire

04Quels sont les effets secondaires typiques des immunothérapides ?

“ Pour l’immunothérapie, qui est une nouvelle classe thérapeutique utilisée en oncologie depuis 4-5 ans, la toxicité cutanée vient en 1er plan. Pour la plupart des patients, c’est une toxicité cutanée modérée, de type xérose ou prurit, c’est-à-dire que les patients se grattent ou ont la peau sèche. On retrouve également des éruptions cutanées qui peuvent prendre des formes extrêmement diverses sous immunothérapie. ”

Retour au sommaire

05Quels sont les causes des toxicités cutanées sous chimiothérapie ?

“ La physiopathologie des toxicités cutanées sous chimiothérapie, ou en tout cas leurs causes, sont multiples. Certaines sont de type allergique, d’autres liées à l’accumulation de produits de chimiothérapie dans le derme ou dans la peau, qui finissent par créer ces effets. Enfin, les toxicités peuvent être en lien avec une diminution du renouvellement cellulaire. En effet, la chimiothérapie bloque le renouvellement cellulaire des cellules tumorales et en même temps d’autres types de cellules de l’organisme, comme celles de la peau et des muqueuses. ”

Retour au sommaire

06Pourquoi est-ce important de prévenir ces effets secondaires cutanés ?

Il est important de se préoccuper des effets secondaires cutanés d’abord pour que le patient suive son traitement. En effet, si on oublie d’anticiper les toxicités cutanées, l’apparition d’effets secondaires fait que les patients auront peut-être une moins bonne observance, c’est-à-dire qu’ils prendront moins bien leur traitement. Par exemple, dans le cas de l’hormonothérapie, la sécheresse cutanée peut parfois démotiver les patients sur le long terme. Et puis en cas de toxicité cutanée importante, on sera obligé d’arrêter certains traitements voire de les contre-indiquer. Enfin, sur le plan socio-esthétique, les patients subissent des modifications de leur corps au cours du traitement contre le cancer et il est important de faire attention à cet aspect pour une meilleure tolérance de la prise en charge du cancer. ”

Retour au sommaire

07Quels sont les effets secondaires de la radiothérapie sur la peau ?

L’une des principales toxicités de la radiothérapie est cutanée. La radiothérapie, au fur et à mesure des séances, peut induire une radio-épithélite, qui ressemble à un coup de soleil, avec d’abord une peau qui devient un petit peu plus sensible, plus rouge. On peut avoir également une xérose associée, donc une peau sèche. Cela peut aller jusqu’à des symptômes proches d’une brûlure ou d’un coup de soleil important avec un œdème et une desquamation de la peau.
Ces effets secondaires sévères vont empêcher de finir le traitement de radiothérapie ou vont nécessiter des interruptions de séances, c’est pourquoi il est important à la fois de surveiller les patients et de prévenir ces toxicités. ”

Retour au sommaire

08Que se passe-t-il quand on associe radiothérapie et chimiothérapie ?

“ Dans certaines situations, on associe la chimiothérapie à la radiothérapie, notamment pour augmenter l’efficacité de la radiothérapie. Dans ces cas-là, il est vraiment primordial de prendre en compte la peau pour prévenir l’apparition de toxicité. Cela nécessite notamment une surveillance étroite des patients et de rediscuter parfois de l’interruption des traitements ou de l’adaptation des doses de chimiothérapie, pour permettre d’achever le traitement dans sa globalité et d’atteindre le nombre prévu de séances de radiothérapie. ”

Retour au sommaire

09Comment concilier chirurgie, cicatrisation et chimiothérapie ?

Pour les patients qui subissent une chirurgie, l’état cutané est important pour favoriser une bonne cicatrisation. Ensuite, la prise en charge de la cicatrice a un impact esthétique et nécessite des soins spécifiques, pour éviter des défauts de cicatrisation ou des risques infectieux liés à la chirurgie. La chimiothérapie doit être interrompue suffisamment longtemps avant l’intervention et ne pourra être reprise qu’après cicatrisation des tissus. ”

Retour au sommaire

10Quels sont vos conseils essentiels pour prévenir les effets secondaires cutanés ?

“ Mes recommandations pour que les patients aient un minimum de toxicités cutanée sont globalement assez simples. En termes d’hygiène, je recommande un lavage quotidien avec un savon doux ou des syndets, un séchage précautionneux après le bain ou la douche, pour éviter des macérations au niveau des tissus cutanés.
On conseille aussi aux patients de maintenir une bonne hydratation de la peau avec des émollients. Enfin, on leur recommande une protection solaire adaptée. En effet, on peut avoir plus de coups de soleil lors de traitements oncologiques. Si besoin, on donne des conseils de prise en charge des toxicités spécifiques à certains traitements sur le plan cutané afin de prévenir les effets secondaires et de les traiter. ”

Retour au sommaire

11Le syndrome main pied, c'est quoi ?

“ Le syndrome main pied est une toxicité assez fréquente en oncologie qui peut être induite par différents types de molécules, soit des chimiothérapies, soit des thérapies ciblées. Comme c’est un syndrome attendu avec la molécule, on donne des conseils de prévention. Ce syndrome main pied touche principalement la paume des mains et la plante des pieds : une sécheresse cutanée peut apparaître, également des crevasses, voire des phlyctènes, c’est-à-dire des cloques comme des ampoules. Ça a un impact sur la qualité de vie du fait que les patients vont être réduits dans leur mobilité ou la préhension des objets. ”

Retour au sommaire

12Quels sont vos conseils spécifiques de prévention du syndrome main pied ?

“ Les conseils spécifiques de prévention du syndrome main pied consistent en une hydratation correcte au niveau des mains et des pieds avec l’utilisation de crèmes émollientes quotidiennes, voire pluriquotidiennes en prévention. Les patients seront revus régulièrement en cas d’apparition du syndrome. Enfin, il y a des conseils de pédicurie et vestimentaires, avec le port de chaussettes en coton et de chaussures qui évitent les frottements.

Retour au sommaire

13Un rash acnéiforme, c'est quoi exactement ?

“ Une autre toxicité spécifique des traitements oncologiques, qui peut être extrêmement invalidante, c’est le rash acnéiforme ou folliculite. C’est une éruption cutanée qui ressemble à de l’acné, les patients développent des folliculites, des petites lésions cutanées qui peuvent aller jusqu’au côté blanchâtre, au niveau du visage ou du torse. On donne donc à la fois des conseils de prévention, afin de modérer l’apparition de ces lésions, mais également des conseils de traitement cutané spécifique avec même dans certains cas, la prescription d’antibiotiques oraux afin de diminuer les symptômes. On donnera aussi des conseils de camouflage si on peut dire, de maquillage, afin que cette éruption soit moins visible au quotidien. ”

Retour au sommaire

14La sécheresse cutanée, une fatalité pour tous les patients ?

La xérose est assez fréquente en oncologie : elle peut être induite par différents types de traitement, à la fois les chimiothérapies, les thérapies ciblées, l’immunothérapie. Elle est encore plus marquée chez les patientes qui ont une aménorrhée, c’est-à-dire une ménopause précoce liée au traitement. Dans tous ces cas-là, on recommande des émollients de façon quotidienne, afin d’éviter à la fois cette sécheresse cutanée qui peut être dysesthétique mais également le prurit, les sensations de grattage qu’elle peut entraîner. ”

Retour au sommaire