Allez au contenu Allez à la navigation

Nos experts de la peau : le soleil un faux ami ?
La vitamine D et la fatigue ? Dr Gonzalez-Castro, dermatologue
La vitamine D et la fatigue
Dr Josep Gonzalez-Castro
Dermatologue à l’Association Espagnole de Dermatologie.
Directeur du Service de Dermatologie du CHU IDERMA Dexeus à Barcelone (Espagne)
La fatigue est un symptôme subjectif mais courant, peu compris parmi les médecins et les patients. Bien que la fatigue puisse avoir plusieurs causes, depuis quelques années, certaines études ont établi un lien entre une déficience en vitamine D et une plus grande prédisposition à souffrir de la fatigue et de troubles musculaires, comme des douleurs ou autre inconfort non spécifique. La vitamine D agit dans la même partie du cerveau que la sérotonine, « l’hormone du bonheur ». Elle a le même impact et joue donc un rôle important dans notre humeur et notre activité quotidienne. Cependant, un taux normal de vitamine D est aussi directement lié au contrôle des muscles. Si votre taux de vitamine D est bas, la force des muscles baisse, ce qui peut expliquer l’augmentation du nombre de chutes parmi les plus de 60 ans. Par ailleurs, ces accidents ont pour conséquence de limiter l’exposition au soleil des personnes âgées, ce qui aggrave encore la déficience en vitamine D dans le corps.
Un taux optimal de vitamine D peut contribuer à préserver la force dans chaque fibre musculaire et améliorer la condition physique d’une personne. Aujourd’hui, pour être complet, le bilan d’un patient souffrant de fatigue devrait automatiquement intégrer un dosage de la vitamine D dans le sang. Parallèlement aux recherches qui restent à faire sur les symptômes, il serait pertinent d’étudier quels facteurs créent une déficience en vitamine D et comment conserver un taux normal chez des patients souffrant de fatigue idiopathique ou de douleurs musculo-squelettiques non spécifiques.
La vitamine D et le corps ? Pr Rumyana Yankova, Directrice du centre de dermatologie et d'allergie au CHU PULMED
La vitamine D et le corps
Professeur associé Rumyana Yankova
Directrice du Centre de Dermatologie et d’Allergie au CHU PULMED, Plovdiv (Bulgarie).
Clinique Mediderma pour la dermatologie, la médecine esthétique et l’allergie, Plovdiv (Bulgarie)
Vitamine D :
Toutes les formes de vie sur Terre, y compris les humains, ont utilisé le pouvoir du soleil pour leur survie. La thérapie par le soleil, ou héliothérapie, remonte à des temps anciens. Le bénéfice le plus important des rayons UV du soleil est la photosynthèse épidermique de la vitamine D, la vitamine D3 du soleil ou cholécalciférol. Un taux normal de sérum 25-hydroxyvitamine D est vital, pas seulement pour garder des os en bonne santé, prévenir le rachitisme, un retard de croissance, des malformations squelettiques chez les enfants, l’ostéoporose ou l’ostéomalacie chez les adultes.
Un écran solaire SPF 50+ laisse passer 1 à 2% des UV et en stoppe 98%, à condition d’être appliqué conformément aux recommandations, à savoir 2 mg/cm2 de peau. C’est toutefois suffisant pour la synthèse de vitamine D.
Il faut aussi noter que les dosages de vitamine D ont été remis en question. Des techniques plus précises, comme le dosage radio-immunologique ou la spectrophotométrie, sont actuellement étudiées mais doivent encore devenir plus accessibles au public.
Le corps :
Une déficience en vitamine D peut avoir de multiples conséquences, indépendantes du squelette :
  • Des pathologies cardiovasculaires : elles sont liées à une synthèse accrue de l’hormone parathyroïde et du peptide natriurétique atrial, ainsi qu’une diminution de la matrix-gla-protéine, qui ont plusieurs effets néfastes sur le cœur : mauvaise protection contre la calcification artérielle, contractilité du cœur diminuée, crises cardiaques, hypertension artérielle, voire arrêt du cœur.
  • Le diabète mellitus : il a été démontré que des taux normaux de vitamine D dans les premières années de vie peuvent être associés à un risque plus faible de développement du diabète de type 1. Des études sur le diabète de type 1 chez les animaux ont montré un risque plus faible de développer la maladie avec une dose alimentaire de 1,25(OH)D.
  • Le syndrome métabolique, connu pour augmenter le risque de diabète de type 2. Il a été démontré que chez les adultes jeunes et âgés, le sérum 25(OH)D était inversement corrélé aux concentrations de glucose dans le sang et à la résistance à l’insuline. Certaines études ont indiqué une forte prévalence de taux bas de vitamine D chez les personnes ayant du diabète de type 2, mais on ignore encore si c’est une conséquence de la maladie ou le résultat d’autres facteurs.
  • La sclérose en plaques : son incidence et sa prévalence sont plus élevées chez les populations vivant en haute altitude. Des études ont démontré que vivre à une latitude au-dessus de 37° peut augmenter le risque de développer la sclérose en plaques tout au long de la vie.
  • Infection, inflammation, allergie : La vitamine D induit la cathélicidine, un polypeptide qui lutte efficacement contre les infections bactériennes et virales, comme le rhume, la bronchite, la gastro-entérite, la tuberculose et la septicémie.
  • La vitamine D et la fatigue ? Dr Yasmine ORAM, dermatologie, cosmétique et esthétique
    La vitamine D et la fatigue
    Dr Yasemine Oram
    Professeur associé de dermatologie, Hôpital Liv, Dermatologie, Dermatologie Cosmétique et Esthétique, Istanbul
    La fatigue et les douleurs musculaires sont des motifs courants de consultation. Dans les services de soins primaires et ambulatoires aux États-Unis, la prévalence de la fatigue est estimée à 33 %.
    La fatigue est définie comme un état d’incapacité à maintenir une force, les patients le décrivent aussi comme « un manque d’énergie ». Évidemment, cet état a un impact négatif sur la vie sociale et l’activité quotidienne. Même si la fatigue peut être due à une maladie systémique avancée, comme une malignité ; un dysfonctionnement majeur d’un organe comme une anémie sévère, une insuffisance hépatique ou rénale terminale ou un AVC ; une maladie aigüe comme une infection ou des maladies psychiatriques ; la plupart du temps un diagnostic approfondi ne révèle aucune anormalité.
    Des études récentes montrent que la fatigue peut être la manifestation d’un taux très bas de vitamine D chez des individus par ailleurs en forme. La prévalence de taux bas de vitamine D toucherait jusqu’à 77,2 % d’une population en bonne santé, malgré le fait que la moitié des patients prenne régulièrement une supplémentation en vitamine D-3 en automédication. La vitamine D est essentielle dans l’homéostasie calcique. Elle facilite l’absorption du calcium par l’intestin, la réabsorption du calcium au niveau des reins et la fixation du calcium sur le squelette.
    Un taux bas de vitamine D réduit le total sérum et le calcium ionisé, ce qui a pour effet d’augmenter les niveaux de parathormone, de réduire la densité des os, d’augmenter le renouvellement des os, de réduire les excrétions urinaires de calcium, d’augmenter l’excrétion urinaire de phosphate et de réduire le niveau de sérum phosphate. La conséquence ultime est la déminéralisation du squelette et la faiblesse musculaire. Cette faiblesse musculaire pourrait être à l’origine de la fatigue chez des patients en bonne santé. La normalisation des taux de vitamine D dans le sang diminue la sévérité de la fatigue.Les humains reçoivent entre 80 et 90 % de leur vitamine D grâce à l’exposition épidermique aux rayons ultraviolets B, le reste par l’alimentation. Seuls quelques aliments contiennent naturellement de la vitamine D. La photosynthèse de vitamine D est influencée par la saison, la latitude et la pigmentation de la peau.
    Les personnes âgées et les peaux à plus forte pigmentation ont besoin de plus d’exposition solaire pour la synthèse de la vitamine D, par rapport aux individus à la peau claire. L’application quotidienne de crèmes contenant des filtres solaires et une protection efficace contre le soleil peuvent être la cause d’une déficience de vitamine D, qui provoque la fatigue.
    Il est donc essentiel de vérifier les taux de vitamine D chez des personnes en bonne santé qui se plaignent de la fatigue et de supplémenter en vitamine D quand le taux est bas.