Allez au contenu Allez à la navigation

5 bons réflexes pratiques en cas de peau atopique

Les conseils pratiques pour espacer les crises d’eczéma de votre enfant

Photo du Dr Magali Bourrel-Bouttaz
Dermatologue
Dr Magali Bourrel-Bouttaz Attachée dans le service du Professeur Jean François Nicolas, Service d’Allergologie et d’Immunologie Clinique de l’Hôpital Lyon Sud. Auteure d’ouvrages sur la dermatite atopique - France

Une crise d’eczéma atopique n’arrive jamais par hasard. Il n’y a aucune fatalité, en revanche, il faut apprendre à reconnaître les situations de la vie quotidienne qui les favorisent.

Comme l’explique le Dr Bourrel-Bouttaz, s’il y a le feu chez vous, vous arrosez. Si ça redémarre 15 jours plus tard, vous recommencez. Et ainsi de suite jusqu’à ce que le patient comprenne qu’il doit chercher ce qui allume le feu !

Grâce à ses explications, découvrez les facteurs déclenchants pour comprendre les raisons des poussées, prévenir les risques et espacer les crises au maximum.

 

1. Hygiène : une peau propre et protégée

Pas de décapage intensif, pas de frottements, pas d’irritation, pas de macération dans l’eau ou la sueur… Une peau atopique est plus perméable que les autres, elle laisse passer les allergènes de l’environnement et joue mal son rôle de barrière. Tout ce qui risque d’altérer davantage cette fonction barrière déficiente peut déclencher une crise d’eczéma : décapage, macération, bains, cosmétique non adaptée…

1. Pour la peau comme pour les cheveux, utilisez un nettoyant surgras sans savon ou une huile lavante hautement hydratante qui respecte le pH physiologique de la peau à 5,5. L’eau doit être à 34°C maximum.

2. Séchez la peau en douceur, en tamponnant sans frotter, avec une serviette en coton, propre et douce.

3. Eliminez la sueur au plus vite, car elle aggrave 100% des peaux atopiques, à cause de son pH irritant.

4. Appliquez un émollient (crème hydratante) matin et soir systématiquement sur tout le corps et le visage. Ne lésinez pas sur la quantité de crème et faites de chaque séance un moment de tendresse et de jeu avec votre enfant.

picto_do_118x118.png

  • Douche ou bain de 5 min, tous les jours l’été, deux fois par semaine en hiver, avec un produit sans savon, sans parfum;
  • Appliquer un émollient adapté à la saison, plutôt baume en hiver, plutôt crème en été, même les jours sans douche ou bain, sur tout le corps pas seulement sur les plaques.
picto_dont_118x118_3.png

  • Plusieurs douches par jour, de l’eau trop chaude avec du vrai savon;
  • Utiliser des lingettes;
  • Attendre que ça gratte pour hydrater.

2. Alimentation : les recettes qui marchent

L’alimentation n’est pas la cause de la dermatite atopique (ou eczéma atopique), mais quelques principes de base sont recommandés par les pédiatres.

1. Gérez bien la diversification alimentaire, qui doit avoir lieu entre 4 et 6 mois selon les recommandations actuelles;

2. Il vaut mieux adopter une alimentation qui lutte contre l’inflammation, grâce à des matières grasses sélectionnées : beurre cru et crème fraîche non cuite, huile d’olive 1ère pression à froid pour cuisiner, huile de colza 1ère pression à froid pour assaisonner;


3. Limitez le sucre, qui rend la sueur plus acide : les céréales du petit déjeuner, les gâteaux du goûter, les bonbons, les sodas… 

picto_do.png

  • Alimentation de saison, équilibrée;
  • Prendre des pré et probiotiques en cas de prise d’antibiotique ou de gastro-entérite .
picto_dont_118x118_3.png

  • Donner de l’eau trop minéralisée, des sodas au quotidien;
  • Abuser de la cuisine industrielle.

3. Environnement : à l'intérieur & à l'extérieur

Interface directe entre l’organisme et le monde extérieur, la peau est très sensible à son environnement. Avec une fonction barrière peu efficace, la peau atopique est davantage perméable, elle se laisse traverser par toutes les particules de l’air et elle réagit donc fortement aux agressions de toutes sortes.

Dans la maison

Lutter contre la poussière et les acariens, qui adorent coloniser la literie, les oreillers et couettes en plume, les rideaux, les tapis… et les doudous !
Astuce : ils détestent le froid. Alors il faut aérer tous les jours, sauf à la saison des pollens, veiller à ne pas surchauffer la chambre de votre enfant et laver les peluches régulièrement. Eviter les parfums d’ambiance et les moquettes qui génèrent des émanations chimiques.

Les vêtements

« Il faut savoir que les frottements font partie des premiers facteurs déclenchants » rappelle le Dr Bourrel-Bouttaz.

  • Ne couvrez pas trop votre enfant, la sueur aggrave l’eczéma et les démangeaisons.
  • Choisissez des vêtements doux, en fibres naturelles (coton), jamais en laine, beaucoup trop irritante.
  • Certains conseillent du linge blanc sans colorants industriels, par sécurité.
  • Attention aux élastiques, aux étiquettes qui grattent et aux vêtements trop serrés.
  • Si besoin, le body des tout-petits peut être porté à l’envers pour éviter le frottement des coutures.
  • Lavez toujours les vêtements neufs avant utilisation.

La lessive

  • Préférez les lessives liquides et soignez le rinçage, en évitant de trop charger la machine;
  • L’adoucissant est un additif de plus, mais il permet d’avoir un linge moins irritant pour la peau. A vous de tester avec et sans, pour déterminer ce qui convient le mieux à votre enfant;
  • Le séchage au sèche-linge rend lui aussi le linge plus doux.

Le climat au fil des saisons

Le froid est l’ennemi N°1 ! Pensez donc à bien hydrater la peau de votre enfant en hiver. Selon le Dr Magali Bourrel-Bouttaz*, « 90% des atopiques vont mieux au soleil ». Mais rappelons que toute exposition solaire directe est déconseillée aux enfants de moins de 3 ans. Pour les plus grands, il faut privilégier le soleil du matin et de fin d’après-midi avec une protection solaire SPF 50+.

* Changer son regard sur l’eczéma – Dr Magali Bourrel-Bouttaz – Les éditions Ovadia 2016

picto_do_118x118.png

  • Utiliser un brumisateur d’eau sur le visage pour limiter le contact avec les pollens;
  • Aspirer souvent la maison.
picto_dont_118x118_3.png

  • Ne pas sécher le linge dehors en saison pollinique;
  • Pas de rideaux et moquettes dans la chambre.

4. Démangeaisons et irritations : l'impact du stress

« Un enfant atopique n’est pas forcément plus sensible qu’un autre, les hormones du stress diffusent au niveau de la peau comme partout ailleurs, comme chez les autres enfants. Par contre, ne pas traiter son enfant et lui dire sans arrêt qu’il est nerveux va réellement le fragiliser et le rendre alors secondairement plus sensible aux stress qu’un autre » explique le Dr Bourrel-Bouttaz.

Confronté très tôt à la douleur chronique, le bébé atopique pleure plus souvent que la moyenne, pour exprimer son mal-être, y compris la nuit. Cet inconfort et ces difficultés de sommeil peuvent être source d’anxiété chez ces enfants, qui ont un grand besoin d’être rassurés et sécurisés par leurs parents. Des parents qui sont souvent eux-mêmes très angoissés et fatigués d’une situation qui a des conséquences sur toute la vie de la famille !
 

La bonne attitude à adopter :

1. Tenir bon malgré le stress… Vous ne ménagez pas vos efforts pour tranquilliser votre enfant et maintenir une vie de famille la plus normale possible. Vous avez raison ! Cet immense investissement personnel aide votre enfant de la meilleure manière qui soit à traverser cette période difficile. Mieux, il lui permet de construire les bonnes bases pour aborder la vie avec confiance face à l’adversité. Tenez bon, on est là pour vous aider…

2. Créer un environnement de douceur rassurante. Le stress est en lien avec l’immunité et semble favoriser le développement de l’eczéma selon certaines études1. « Pour autant ce n’est pas une maladie psychosomatique. Mais il peut s’installer un cercle vicieux entre le stress et l’immunité », explique le Dr Bourrel-Bouttaz2. Les massages, une occasion idéale pour appliquer les soins hydratants quotidiens, et le portage peau contre peau sont deux manières de calmer votre enfant et de cultiver le lien en toute sérénité. A pratiquer sans modération !

1 T. SAGE–Structure d’attachement dans la dermatite atopique. 317p -Thèse d’exercice; Psychologie clinique, Université de Bourgogne, Dijon -novembre 2011
2 L’eczéma, est-ce vraiment dans la tête ?  Dr Magali Bourrel-Bouttaz – Les Editions Ovadia - 2017

picto_do_118x118.png

  • Dédramatiser par une attitude éducationnelle;
  • Parler des autres soucis de l’enfant : l’école, les copains…
picto_dont_118x118_3.png

  • Faire tourner la vie de l’enfant autour de l’eczéma.

5. Sport : les précautions à prendre

Il est particulièrement bénéfique pour les enfants atopiques, leur permet d’entretenir des relations sociales et de stimuler leur croissance. De plus, le sport fait diversion et a un effet positif sur la diminution du stress. Pendant la séance, votre enfant oublie ses problèmes de peau et de démangeaisons.

3 CONSEILS ESSENTIELS

1. La sueur doit être éliminée au plus vite, par une douche suivie d’une application de crème hydratante. Votre enfant ne doit pas emprunter les produits de toilette des autres, sa peau ne le supporterait pas.

2. Beaucoup de vêtements de sport sont en tissus techniques synthétiques, potentiellement irritants. Il faut les laver avant la première utilisation et après chaque séance. Appliquez une crème émolliente avant que votre enfant ne s’habille pour faire barrière aux irritations.

3. La natation n’est pas interdite aux enfants atopiques, l’eczéma n’est pas contagieux ! Choisissez un bonnet de bain et des lunettes de piscine en silicone. Pour contrer les effets irritants du chlore et de l’eau trop chaude, appliquez une couche de crème hydratante avant pour faire barrière contre l’eau.
 

Les points-clés à retenir

Les principaux facteurs déclenchants :

  • Le grattage;
  • Les frottements (vêtements, serviette de toilette);
  • L’eau chaude;
  • Le savon, les soins parfumés;
  • La sueur;
  • Pas assez d’émollients pour hydrater la peau;
  • L’air pollué, poussiéreux, les pollens;
  • Les déséquilibres digestifs (diarrhée, poussées dentaires, traitements antibiotiques, mauvaise alimentation);
  • Le stress.

Articles complémentaires