Allez au contenu Allez à la navigation

Mieux gérer son eczéma atopique : on vous dit tout !

Les gestes d'hygiène en cas de peau atopique

1. Choisir un savon ou gel lavant doux. Un savon ou un gel douche mal choisi peut augmenter dramatiquement les poussées d’eczéma. Un gel lavant doux spécialement formulé pour les peaux atopiques respecte leur fragilité et nettoie dans décaper.

2. Choisir un shampooing doux adapté car l’eczéma atopique peut aussi toucher le cuir chevelu.

3. Choisir un démaquillant adapté. Le démaquillage est une nécessité pour toutes les peaux, mais encore davantage pour les peaux atopiques qui peuvent facilement réagir aux cosmétiques. Là encore, priorité à l’extrême douceur avec des méthodes à base de lait démaquillant et/ou d’eau micellaire qui nettoient rapidement sans avoir besoin de multiplier les frottements avec un coton, potentiellement irritants.

4. Trouver la bonne lessive et l’adoucissant (éventuellement) qui conviennent le mieux en veillant à un très bon rinçage. Donc pas de machine chargée à bloc où la lessive pourrait échapper au cycle de rinçage...

Quelques réflexes à acquérir

Un patient atopique a une peau perméable comme nous l’avons vu. Le Dr Bourrel-Bouttaz insiste sur l’idée que chacun doit trouver avec l’aide du médecin, les bonnes habitudes qui n’aggravent pas « cette peau trouée ».

picto_douche_11-2018_118x118.png

  • Pas plus de 5 minutes sous la douche !
  • Espacer les douches à 1 jour sur 2 en cas de poussée et de faire une petite toilette en remplacement.
  • Les bains sont à éviter : le contact prolongé avec l’eau assèche encore plus la peau contrairement à ce que l’on imagine.
  • Eliminer le plus vite possible la sueur après le sport.
  • Limiter la température de l’eau à 35-36°C car l’eau chaude dissout le peu de gras présent sur une peau atopique, l’eau tiède est toujours préférable même pour se laver les mains.
picto_poussiere_11-2018_118x118.png

  • La poussière : attention aux couettes ou couvertures qui sortent du grenier, aux locations de vacances mal aérées, aux tapis, moquettes, rideaux… Pensez à aérer chaque jour la literie et les pièces de la maison, sauf en cas de travaux au coin de la rue bien sûr !
picto_pollen_11-2018_118x118.png

  • Les pollens : à chaque saison de pollens, n’étendez pas le linge dehors et évitez d’aérer pendant cette période.
picto_pollution_11-2018_118x118.png

  • La pollution urbaine surtout en cas de pic saisonnier
picto_froid_118x118.png

  • Le froid aggrave souvent les eczémas atopiques, il faut donc encore mieux protéger la peau par des baumes hydratants l’hiver.
  • La chaleur est plus redoutée que le froid chez certaines personnes atopiques, ce qui indique souvent un problème d’irritation dû à la composition de la sueur. Dans ce cas, la clé se trouve généralement dans l’alimentation.
picto_alimentation_11-2018_118x118.png

L'alimentation et le bien-être intestinal

En lien étroit avec le système digestif comme avec d’autres organes, la peau réagit à certaines circonstances particulières. Toutes ces indications ne sont pas des règles absolues, chacun a ses sensibilités, mais ce sont des principes qui concernent beaucoup de patients atopiques.

  • Attention aux gâteaux, céréales, jus de fruits mais aussi aux plats cuisinés industriels très riches en sucres cachés.
  • Une alimentation trop sucrée favorise l’inflammation chronique et modifie l’acidité de la sueur :
  • Une alimentation trop salée contribue à déséquilibrer la flore cutanée - c’est-à-dire les bactéries qui vivent en permanence sur la peau - au profit du staphylocoque doré, qui aggrave à lui seul les problèmes d’étanchéité d’une peau atopique.
  • Il faut aussi choisir des « bonnes » matières grasses comme l’huile d’olive ou l’huile de colza, le beurre cru ou la crème non cuite.
  • En cas de difficultés digestives chroniques (ventre gonflé, ballonnements…) il peut être intéressant d’essayer de diminuer le lait et le gluten pour observer les effets éventuels de ce changement sur la peau.
  • Une gastro-entérite ou un traitement antibiotique ont des effets dévastateurs sur la flore intestinale et indirectement sur l’eczéma atopique. Prendre des prébiotiques et des probiotiques  peut aider à reconstruire un stock suffisant de bonnes bactéries dans le tube digestif.
picto_habit11-2018_118x118.png

Quels tissus et vêtements ?

Il faut absolument éviter les sources de frottements qui créent des irritations sur la peau ou tous les textiles qui favorisent une transpiration excessive. 

  • Pas de serviettes de toilette rêches, pas de couvertures qui grattent…
  • Des sous-vêtements en coton doux préférable aux matières synthétiques
  • Jamais de laine directement sur la peau ou dans le cou, oubliez les gros pulls à col roulé qui grattent…
  • Attention aux collants et aux matières techniques des vêtements de sport, pensez à isoler la peau avec une bonne couche de crème avant de vous habiller
picto_stress_11-2018_118x118.png

Le rôle du stress sur l'eczéma atopique

Comment être bien dans sa peau quand elle brûle et démange ? Encore une fois, le stress n’est pas la cause de l’eczéma atopique mais un facteur favorisant bien réel.
Un lien entre stress et réaction immunitaire peut s’installer au fil du temps. Face aux poussées qui s’enchaînent, le cercle vicieux doit être brisé par une prise en charge par un médecin qui connaît bien la dermatite atopique. En agissant sur les différents leviers impliqués dans cette maladie de peau, vous allez devenir acteur de votre traitement et garder les poussées d’eczéma sous contrôle.

Peu à peu, vous connaîtrez de mieux en mieux votre peau, ce qui la fait réagir et vous saurez anticiper pour éviter une crise. Automatiquement, le stress diminuera, le sommeil s’améliorera et les démangeaisons disparaîtront.

Moins de stress c’est aussi plus de résistance face aux circonstances de la vie. Alors n’hésitez pas à accompagner votre traitement par des soins spécifiques, comme la sophrologie, la méditation, ou tout autre technique qui vous attire et vous aide à vous relaxer efficacement.

Articles complémentaires