Conseil dermatologie Cheveux et cuir chevelu - lavage, shampooing, protection, traitement

Allez au contenu Allez à la navigation

Cheveux et cuir chevelu

Mieux les comprendre, mieux en prendre soin

Partager

Pour garder des cheveux en bonne santé, il faut d'abord prendre soin du cuir chevelu, où le bulbe est implanté car c'est là que les cellules se multiplient grâce aux apports indispensables (oxygène, substances nutritives et sels minéraux). L'hygiène et les soins du cuir chevelu et des cheveux doivent être adaptés en fonction des problèmes éventuels, tels que démangeaisons, irritations, chute, cheveux gras, secs ou fins…

Résumé
  1. Comment poussent les cheveux ?
  2. Quels sont les déséquilibres courants du cuir chevelu ?
  3. Comment assurer une bonne hygiène des cheveux ?
  4. Comment reconnaître une chute de cheveux anormale ?
  5. Les cheveux gras, pourquoi ?
Hygiène du cheveu et du cuir chevelu

Comment poussent les cheveux ?

Nous avons entre 100 000 et 150 000 cheveux implantés dans le cuir chevelu, jusqu'à 200 000 pour les roux. Chacun est constitué d'une racine ou bulbe pilaire et d'une tige pilaire, le cheveu lui-même. Les cheveux sont constitués essentiellement de kératine et de mélanine, le pigment qui leur donne leur couleur naturelle. La croissance du cheveu est liée à la multiplication des cellules dans le bulbe qui sont poussées vers le haut et forment la tige. Il est donc très important que le cuir chevelu, autrement dit le terrain sur lequel est implanté le bulbe, soit sain et apporte les éléments nutritifs nécessaires à la vie du cheveu. 3 phases se succèdent dans la vie d'un cheveu :

1) la phase anagène, période de pousse du cheveu qui dure 3 à 7 ans à raison de 2 millimètres par semaine environ. La racine produit la tige pilaire de kératine, c'est-à-dire le cheveu visible,
2) la phase catagène, courte période de 1 à 2 semaines où le cheveu cesse de pousser et meurt,
3) la phase télogène, période de 3 mois environ, où le cheveu mort reste fixé au cuir chevelu avant de tomber, le temps que les cellules redescendent vers la racine pour recommencer un nouveau cycle. Chaque bulbe produit entre 20 et 25 tiges pilaires dans une vie.

Quels sont les déséquilibres courants du cuir chevelu ?

Même si les effets peuvent être visibles sur les cheveux, tout se passe au niveau du cuir chevelu.

  • Le cuir chevelu irrité :

Beaucoup de personnes se plaignent de picotements, de démangeaisons, de sensations d'inconfort ou d'échauffement et éventuellement de rougeurs. Parmi les facteurs déclenchants, on peut trouver la chaleur, le froid, la pollution, les émotions, l’air sec ou humide, l’eau et les shampooings. L’irritation du cuir chevelu correspond à un déséquilibre cutané lié à une succession de perturbations physiologiques. Un stress, comme l’utilisation d’un shampooing classique contenant des agents irritants (tensioactifs détergents et autres ingrédients potentiellement mal tolérés), est souvent l’initiateur des perturbations. Cette agression du cuir chevelu altère le film hydrolipidique et déstabilise la barrière cutanée. Résultat, l'eau s'évapore plus facilement, la peau s'assèche et peut laisser pénétrer des agents irritants qui vont être à l'origine des signes cliniques d'irritation, démangeaisons, inconfort, tiraillements…

  • Les cheveux gras :

Ils sont lourds, manquent de volume et présentent un aspect général luisant, surtout au niveau des racines. Derrière ces signes, il y a une hyperséborrhée dont les causes peuvent être diverses. L'excès de sébum s'accumule sur les racines qui présentent un aspect "huileux". Lourds et aplatis, les cheveux se plaquent en mèches et semblent souvent sales, car le sébum piège les poussières présentes dans l'air qui adhèrent facilement sur les cheveux.

  • Les cheveux secs :

C'est la situation inverse. Le cheveu est sec, cassant, fragile, avec des pointes fourchues, difficile à démêler et à coiffer. Un cheveu sec est dû à un cuir chevelu sec. En cause, un manque de sébum qui peut être constitutif, dans le cas des personnes sécrétant naturellement peu de sébum ou alors acquis, lorsque la sécheresse est liée à des agressions extérieures : soleil, vent, pollution, eau de mer ou de piscine, brushings et lissages intensifs, décolorations et permanentes… Dans tous les cas, la barrière cutanée ne joue plus son rôle, la perte en eau s'accélère et les cheveux deviennent secs, cassants et rêches. En manque d'hydratation, ils sont sensibles à l'électricité statique et difficiles à coiffer.

Comment assurer une bonne hygiène des cheveux ?

Dans tous les cas, il faut nettoyer sans agresser ni décaper le film hydrolipidique pour respecter la physiologie du bulbe capillaire. Seul un shampooing non détergent peut préserver l'équilibre biologique des cheveux, c'est-à-dire un shampooing ne contenant pas de tensio-actifs trop agressifs pour la fibre capillaire. La pollution importante, le port du casque, la pratique sportive intensive obligent fréquemment à faire un shampooing quotidien. Il est alors fondamental de faire le choix d'un vrai shampooing non détergent. Il faut savoir que certains shampooings traitants peuvent être non-détergents.

Comment reconnaître une chute de cheveux anormale ?

Une perte inférieure à 100 cheveux par jour est tout à fait normale puisqu'elle correspond au déroulement du cycle pilaire. Au-delà, il convient de se préoccuper de leur état. Lorsqu'elle n'est pas d'origine génétique (calvitie), une chute excessive des cheveux est fréquemment liée à :

  • Une situation temporaire : stress, fatigue, grossesse (après l'accouchement), changement de saison (en particulier à l'automne), carences alimentaires (notamment en fer, silicium, vitamines du groupe B, zinc, acides gras essentiels, acides aminés soufrés, oligoéléments), convalescence, problèmes hormonaux.
  • Des agressions externes de nature physique (professions "casquées"), chimique (pollution, colorations et permanentes trop fréquentes, sèche-cheveux trop chaud, produits cosmétiques agressifs en particulier pour les cheveux gras...), infectieuse (mycoses) ou parasitaire (poux).

Tous ces facteurs ont inévitablement un impact sur la chevelure. Outre la chute, cela peut se traduire par des cheveux plus fragiles, dévitalisés et ternes ou par des cheveux gras et fins.
Le recours à un complément nutritionnel peut avoir un effet bénéfique sur la chevelure. Pour qu'il stimule, fortifie et densifie les cheveux, ce complément doit contenir les éléments nutritionnels stimulant la fabrication d'une kératine de qualité, limitant l'hyperséborrhée et favorisant la croissance du cheveu. Ce complément nutritionnel peut également aider à lutter contre le stress responsable de la chute des cheveux lorsqu'il est enrichi en magnésium.
Si vous êtes confrontés à une chute de cheveux importante et prolongée, il convient de consulter votre dermatologue.

Les cheveux gras, pourquoi ?

Les cheveux gras sont principalement dus à une augmentation de la sécrétion de sébum par la glande sébacée au niveau du cuir chevelu. Appelé "hyperséborrhée", ce phénomène n'est pas l'unique responsable de la présence de cheveux gras. Ceux-ci peuvent résulter :

  • De la modification qualitative du sébum qui devient plus fluide et migre donc plus rapidement et plus facilement vers la tige pilaire,
  • De la formation de sels calciques provenant de l'entrée en contact du sébum avec le calcium présent dans l'eau du robinet au moment du lavage. Ces sels ont pour conséquence d'alourdir les cheveux et de leur donner un aspect luisant.

Il est à noter que les lavages trop fréquents avec des shampooings trop détergents risquent de provoquer une hyperséborrhée réactionnelle. En effet, en l'absence de sébum suite à un nettoyage agressif, la glande sébacée peut "s'emballer" et sécréter de façon excessive, rendant ainsi les cheveux et le cuir chevelu encore plus gras.