Conseil dermatologie Peau sensible intolérante - visage, soleil, crème…

Allez au contenu Allez à la navigation

Peau sensible à intolérante

Mieux la comprendre, mieux en prendre soin

Partager

Les personnes qui présentent une peau sensible ressentent de désagréables symptômes au niveau du visage, accompagnés ou non d’un érythème (rougeur). Ces symptômes peuvent être des picotements, des sensations de tiraillement, des sensations de chaleur, voire de brûlure et plus rarement un prurit (démangeaisons). Assez souvent, elles supportent peu de produits cosmétiques sur leur visage.

Résumé
  1. Comment reconnaître une peau sensible ou intolérante ?
  2. D'où vient cette sensibilité de la peau ?
  3. Qui est concerné ?
Peau sensible à intolérante

Comment reconnaître une peau sensible ou intolérante ?

Une peau sensible et intolérante réagit plus qu’une peau normale, elle est hyper-réactive. Elle éprouve des picotements, des échauffements, des fourmillements et des démangeaisons (plus rarement), le plus souvent de manière intermittente.
Parfois accompagnées de rougeurs, ces sensations d’inconfort apparaissent de façon exacerbée en réaction à des stimuli de nature différente qui, normalement, ne doivent pas déclencher d’irritation.
Ces facteurs déclenchants peuvent être :

  • Physiques : rayonnements UV, chaud, froid, vent, variations de température, frottements…
  • Chimiques : cosmétiques, savons, eau, rasage chez l'homme…
  • Psychologiques : stress, émotions…
  • Hormonaux : cycle menstruel…
  • Facteurs internes : alimentation épicée…

Une peau sensible et intolérante réagit donc à des stimuli qui sont sans effet pour d’autres types de peau. Cette hyper-sensibilité de la peau résulte d’une diminution de son seuil de tolérance. Plus la peau est sensible, plus son seuil de tolérance est bas. Dans le cas d'une peau sensible, la réactivité se manifeste de façon transitoire, à certains moments. Dans le cas d'une peau intolérante, la réactivité est constante ou presque, avec un seuil de tolérance proche de zéro en permanence.

D'où vient cette sensibilité de la peau ?

Deux principaux facteurs sont responsables de cette baisse du seuil de tolérance et donc de cette sensibilité exacerbée.
Tout d’abord, l’épiderme des peaux sensibles et intolérantes présente une altération de sa fonction barrière. Ce phénomène favorise alors une déshydratation de la peau et surtout la pénétration d’agents potentiellement irritants.
Il semblerait également que les peaux sensibles sécrètent en excès certains neuromédiateurs par les terminaisons des nerfs superficiels et des cytokines pro-inflammatoires (substances sécrétées par les cellules de la peau). Ces sécrétions anormales seraient ainsi à l’origine des sensations désagréables ressenties par les sujets atteints. Les peaux sensibles et intolérantes se caractérisent également par une surproduction de radicaux libres.

Qui est concerné ?

Le phénomène de la peau sensible est fréquent puisqu’il affecterait 1/3 de la population adulte. Les femmes (60 %) sont plus souvent atteintes que les hommes (40 %). Certaines peaux sont familialement et génétiquement plus sensibles que d’autres, notamment les peaux claires mais la couleur de la peau n’implique en rien sa sensibilité. La fréquence de ce trouble a plutôt tendance à diminuer avec l’âge.

Une peau sensible peut représenter une des manifestations cliniques d'une pathologie du visage : une rosacée, un eczéma, une dermatite séborrhéique par exemple.
L’absence de précaution vis-à-vis des facteurs déclenchants classiques favorisent l’apparition et l’augmentation du phénomène.

Présenter une peau sensible n’est pas sans retentissement psychologique, car cela signifie que des moments simples de la vie peuvent être perturbés par ces réactions. La prise en charge d'autres types de pathologies dermatologiques est aussi plus complexe car certains traitements locaux sont plus volontiers mal tolérés.