Allez au contenu Allez à la navigation

À quel âge commence la dermatite atopique ?


La dermatite atopique (DA) est une maladie de peau inflammatoire qui provoque d’intenses démangeaisons et évolue par phases.

Selon les statistiques, 10 à 20% des enfants et 1 à 3% des adultes sont touchés par la DA. La prévalence de cette maladie a triplé dans les 30 dernières années dans les pays industrialisés. Dans les pays scandinaves, l’incidence de la maladie est très élevée (25%).

Données cliniques

En règle générale, la dermatite atopique débute dans l’enfance, avant l’âge de 5 ans dans 85 % des cas et dans la première année de vie dans 55 % des cas. Dans 10 à 15 % des cas, la DA se déclare après 15 ans et dans 5 % après 40 ans. L’âge moyen d’apparition des symptômes est de 8 mois, mais dans plus d’un tiers des cas, la DA commence avant 3 mois. Le prurit est le symptôme majeur le plus courant.

Polaroid d'un bébé

Chez les nourrissons et les tout-petits (0-2 ans), les lésions s’apparentent à des plaques d’eczéma marquées par un érythème, de l’œdème, des vésicules, un suintement, avec une localisation de prédilection sur les joues, le menton, le front, la région centrofaciale, parfois les membres et le tronc, des zones où l’eczéma prend une apparence nummulaire. Vers l’âge de 2 ans, une xérose apparaît. Après 2 ans, les poussées deviennent chroniques, avec des plaques lichenifiées intensément pruritiques, localisées sur les zones de flexion des membres, des chevilles et derrière les oreilles.

A l’âge scolaire, les plaques lichenifiées portent des marques de surinfection liées au grattage sur le dos des mains et les plis. 

A l’âge adulte, les lésions lichenifiées prédominent, accompagnées de papules infiltrées et d’excoriations. Le tableau clinique de la dermatite atopique adulte se caractérise par des lésions polymorphes typiques :  peau sèche et rugueuse, plaques lichenifiées, papules de différentes tailles, parfois avec des plaques d’eczéma. La résistance au traitement au niveau des mains, de la zone rétro-auriculaire et péri-orale est caractéristique de la DA adulte. La xérose, la kératite pilaire, l’hyperlinéarité palmaire, l’eczéma du mamelon, l’eczéma sec des mains, la chéilite angulaire chronique ou perlèche (inflammation des lèvres), le pityriasis blanc du visage, l’eczéma périfolliculaire, la pâleur du visage, la pigmentation péri-orbitaire, le pli palpébral de Dennie-Morgan, les conjonctivites récurrentes, les cataractes bilatérales, le dermographisme blanc, ainsi qu’une tendance aux infections cutanées fréquentes font partie des autres signes cliniques classiques chez l’adulte.   

Une femme en train de dormir

La dermatite atopique est associée à d’autres pathologies dans 30 à 35 % des cas : pathologies atopiques (asthme et rhinites allergiques), diverses manifestations allergiques (urticaire, dermatite, morsures d’insectes), syndromes d’immunodéficience (syndrome de Wiskott-Aldrich, syndrome de Buckley, syndrome de Louis-Bar), maladies auto-immunes (vitiligo, pelade), troubles métaboliques (phénylcétonurie, amylose), génodermatoses (ichtyose, syndrome de Netherton, dysplasie ectodermique). 

L’apparition de la maladie dans l’enfance et sa persistance à l’âge adulte sont un signe annonciateur d’aggravation de la dermatite atopique

À retenir :

  • Sans traitement adéquat, le prurit peut considérablement impacter la qualité de vie des enfants et des nourrissons, mais aussi celle des adultes, avec des perturbations du sommeil, de l’anxiété, de la frustration, une estime de soi dégradée, un risque de dépression, de phobie sociale, de stress ou même d’isolement des autres et de la famille.
  • Au-delà de la gestion des crises, réduire la fréquence des poussées se révèle essentiel pour assurer une bonne observance. Enfin, rétablir l’équilibre du microbiome cutané peut également conduire à une amélioration significative.
  • La gestion de la dermatite atopique passe par une lutte constante contre les risques de surinfection, la sécheresse cutanée, l’inflammation et le prurit. L’application d’émollients réduit la xérose cutanée et par conséquent, les démangeaisons.
  • 1. Je nettoie

    atoderm_huile_de_douche_1l.png

    Atoderm Huile de douche

  • 2. Je traite

    atoderm-intensive-baume-f500ml-28103b-mad-nov-2019.png

    Atoderm Intensive baume

  • 3. Je traite

    sos_spray_200ml_mars_2019.png

    Atoderm SOS Spray

Articles complémentaires