Ils peuvent prendre des aspects et formes différentes selon la sévérité de votre acné, mais aussi en fonction de la nature de votre acné. Comment les reconnaître pour mieux les traiter ?

Voici les 4 grandes typologies de boutons d’acné :

Ils sont composés de cellules mortes, de sébum, de petits poils et de bactéries qui s’agglomèrent et obstruent les follicules pilo-sébacés. Les comédons fermés se manifestent par l’apparition de points blancs (ou microkystes) de couleur chair de 1 à 3 mm de diamètre à la surface de la peau. Cette forme d’acné rétentionnelle peut évoluer vers une acné inflammatoire.

comédons fermés

Ils sont appelés ainsi car leur tête est noire, à cause de l’oxydation au contact de l’air. Les points noirs sont beaucoup plus faciles à déloger que les comédons fermés. Cette forme d’acné est également rétentionnelle.

points noirs

Elles se forment lorsque les comédons fermés sont colonisés par une bactérie nommée Cutibacterium acnes. Pour se défendre, la peau déclenche une réponse inflammatoire qui donne à vos points noirs un contour rouge et douloureux. Ces lésions rétentionnelles se transforment alors en lésions inflammatoires, les papules dans un premier temps. Elles peuvent aussi être surmontées d’une pustule, reconnaissable très facilement par un point blanc qui se forme au milieu du bouton rouge. Ces boutons blancs contiennent un liquide purulent qui peut soit s’évacuer par la surface de la peau, soit s’incruster encore plus profondément.

papules et pustules

Dans les cas d’acné kystique, le comédon est emprisonné par des fibres qui empêchent le sébum d’accéder à la surface de la peau. Installés en profondeur, les kystes forment de légères bosses dures et donnent à la peau un aspect rugueux et irrégulier. Il ne sert à rien de vouloir les éliminer manuellement. Non seulement la profondeur du kyste rendrait votre action inefficace, mais en plus vous risqueriez de créer de vilaines cicatrices. Le mieux est de consulter votre dermatologue qui peut les retirer dans de bonnes conditions ou vous prescrire le traitement approprié.

kystes sur visage

Pourquoi a-t-on des boutons ?

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine des boutons d’acné, certains directs, d’autres liés à des causes indirectes.

Les pathologies de peau directement en cause :

acné ados

L’acné : les hormones masculines (androgènes) produisent le sébum en excès à l’adolescence (séborrhée). Ce sébum très épais a du mal à circuler et à s’évacuer. Parallèlement, le renouvellement naturel des cellules cutanées se ralentit : les cellules mortes s’accumulent à la surface de la peau, obstruant les pores de la peau. Tous les facteurs sont réunis pour que les boutons d’acné s’installent.

rosacée rougeurs

La rosacée : ces rougeurs inflammatoires, sur le visage touchent le plus souvent les personnes entre 30 et 50 ans. Elles apparaissent de façon chronique, parfois accompagnées de papules et pustules. Elles peuvent être dues à une mauvaise contraction-dilatation des vaisseaux sanguins, mais aussi à d’autres causes, comme des bactéries ou une prédisposition génétique.

Les facteurs indirects :

hormones féminines

Les hormones : en période de règles (une semaine avant les règles ou à la période d’ovulation) ou au cours de la grossesse, lorsque les modifications d’œstrogènes et de progestérone perturbent l’équilibre des glandes sébacées, un terrain favorable aux poussées d’acné s’installe.

femme stress

Le stress : les pics de cortisol ont une action pro-inflammatoire qui peut provoquer des poussées d’acné.

environnement pollution

L’environnement : la chaleur et la pollution peuvent entraîner l’apparition de boutons. Quand il fait chaud, la sueur s’évapore plus lentement. Elle fait travailler les glandes sébacées de façon accrue et plus longtemps. Les pores s’obstruent et les boutons apparaissent. Il en va de même lorsque la peau est agressée par les agents polluants dans l’air. Les impuretés affaiblissent la barrière cutanée, ce qui a pour conséquence d’augmenter le risque d’inflammation et d’aggraver les poussées d’acné.

maquillage cosmétiques

Le maquillage : certains cosmétiques sont comédogènes. Vérifiez toujours la présence de la mention « non-comédogène » qui montre que le produit a été testé sur les peaux à tendance acnéique. Veillez à la propreté de vos mains et des pinceaux, sans oublier de nettoyer parfaitement votre peau chaque soir.

Aujourd’hui, les solutions pour traiter l’acné ne manquent pas. Qu’en est-il des remèdes de grands-mères ? Sont-ils réellement efficaces pour faire disparaître les boutons d’acné ? Attention, toutes les substances ne peuvent pas être appliquées sur votre peau sans conséquences.

Les glaçons

glaçons

Bonne idée

Le froid permet de resserrer les pores de la peau grâce à son effet vaso-constricteur. La taille du bouton d’acné est ainsi diminuée, mais la cause n’est pas traitée pour autant.
Les glaçons :

  • Atténuent les rougeurs
  • Contribuent à soulager l’inflammation
  • Diminuent le gonflement

Malgré tout, attention aux brûlures. Les glaçons doivent être enveloppés par une poche ou un tissu et jamais appliqués à même la peau. Tamponnez le bouton délicatement par petites zones.

Le sel exfoliant

sel exfoliant sur visage

Bonne et/ou mauvaise idée

Le sel exfoliant agit comme un gommage extrêmement puissant. En théorie, il permet de désincruster les pores de la peau. Néanmoins, il est totalement déconseillé si vous avez la peau sensible ou à forte tendance acnéique, pour éviter d’aggraver l’inflammation et de provoquer des irritations plus importantes. Les gommages doivent être utilisés avec parcimonie et beaucoup de précautions en cas de boutons.

Le citron

citron acide citrique

Mauvaise idée

Riche en acide citrique et en vitamine C, le citron serait un antiseptique naturel. Certains le recommandent comme exfoliant et régulateur de sébum pour les peaux grasses.
Mauvaise idée, son acidité attaque les tissus cutanés et peut provoquer irritations et tiraillements.Il a une action bien trop agressive, même sur les peaux grasses.

L’aloe vera

aloe vera hydratation

Mauvaise idée

L’aloé vera a des propriétés hydratantes indéniables qui ne sont pas contre-indiquées sur les peaux grasses. Mais il ne peut en aucun cas avoir une action sur les causes de l’acné.

Le dentifrice

dentifrice faux ami pour acné

Mauvaise idée

Contrairement aux idées reçues, le dentifrice est un faux ami. Bien connu comme solution « miracle » pour assécher les boutons d’acné, il risque d’être abrasif et d’abîmer la peau à cause des produits chimiques qu’il contient.

Certains traitements aggravent parfois les imperfections les premiers jours ou les premières semaines, d’autres irritent la peau, c’est normal. Si les rougeurs sont insupportables, vous pouvez passer à un jour sur deux pendant quelques jours, le temps que la peau s’habitue.

erreurs-vrai-faux

Comme l’expliquent les dermatologues plus haut, l’observance est capitale pour la réussite. Suivre un traitement sérieusement n’est pas toujours facile, mais pensez à la jolie peau que vous aurez peut-être un jour. L’objectif en vaut la peine.

erreurs-vrai-faux

Après quelques mois, vous avez enfin gagné la bataille. Les poussées de boutons s’espacent de plus en plus, votre peau retrouve son éclat, bravo ! C’est le moment de bien suivre les conseils de votre dermatologue pour éviter une récidive. Vous gardez une peau à tendance acnéique et une rechute est toujours possible. Alors ne décidez pas d’arrêter votre traitement contre l’avis du médecin.

erreurs-vrai-faux
  • 500x500 Eglé Aukštuolienė
    Dr Eglé Aukštuolienė, Centre de dermatologie et de vénérologie de la clinique Santara de l’hôpital universitaire de Vilnius (Lituanie).

    Pour autant, une fois le résultat souhaité obtenu, le traitement ne doit pas être arrêté car l’acné juvénile non traitée peut resurgir. Il est recommandé de poursuivre un traitement d’entretien à long terme, jusqu’à une guérison complète de la peau.

    Dr Eglé Aukštuolienė, Centre de dermatologie et de vénérologie de la clinique Santara de l’hôpital universitaire de Vilnius (Lituanie).

percer-boutons-acné

« Comment arrêter de triturer son visage ? » « Faut-il percer les boutons blancs ? » « Quand faut-il percer un bouton ? » « Faut-il percer ses boutons ou les laisser tranquilles ? » « Comment arrêter de percer mes boutons ? » « Pourquoi mon bouton revient alors que je l’ai percé ? » Voilà un sujet concret très débattu quand on a de l’acné. La réponse : il ne faut pas les percer et si la tentation est trop grande, faite le proprement. L’avis de nos experts.

Combien de temps pour la disparition des boutons d'acné ?

Les traitements anti-acnéiques nécessitent du temps pour voir les premières améliorations. Il peut aussi y avoir des rechutes car de multiples facteurs entrent en jeu. Soyez patient, tenez-bon, voici nos conseils pour vous accompagner tout au long de ce défi.

  • Dr-sandra-Ly
    Dr Sandra Ly, dermatologue, Service de dermatologie, Hôpital Saint-André, CHU de Bordeaux et cabinet de Dermatologie, Gradignan (France).

    La vraie réponse est que l’évolution de l’acné est difficilement prévisible. Mais en général, dans les 3 premiers mois de traitement, les poussées diminuent.

    Dr Sandra Ly, dermatologue, Service de dermatologie, Hôpital Saint-André, CHU de Bordeaux et cabinet de Dermatologie, Gradignan (France).

 application-creme-acne-femme

Comment éliminer l’acné ? Voilà une question que vous êtes nombreux à vous poser. Si vous avez consulté un dermatologue, la meilleure chose à faire est de suivre rigoureusement ses recommandations et le traitement prescrit. Sans vous décourager même si vous trouvez que les résultats n’arrivent pas assez vite.

Rappelez-vous que l’acné met plusieurs années à disparaître naturellement sans traitement et qu’elle persiste parfois après 25 ans. Alors mieux vaut agir avec un traitement bien adapté pour s’en débarrasser plus vite.

  • visuels_sebium_sensitive_expert_quote_egle
    Dr Eglé Aukštuolienė, Centre de dermatologie et de vénérologie de la clinique Santara de l’hôpital universitaire de Vilnius (Lituanie).

    L’acné juvénile est une maladie inflammatoire chronique de la peau dont les symptômes, s’ils ne sont pas traités, peuvent se manifester pendant environ 10 ans ou plus selon les cas. 

    Dr Eglé Aukštuolienė, Centre de dermatologie et de vénérologie de la clinique Santara de l’hôpital universitaire de Vilnius (Lituanie).

Comment se débarrasser des boutons : ne pas se décourager

En cas d’acné très légère, les effets peuvent apparaître très vite. Mais dans la majorité des cas, la lutte contre les boutons est un peu plus longue.

 

 

  • Dr-sandra-Ly
    Dr Sandra Ly, dermatologue.

    Les traitements sont prescrits pour 3 mois et les patients sont réévalués après cette période.

    Dr Sandra Ly, dermatologue.
visuel-Dr-Eglé-Aukštuolienė

Le Dr Eglé Aukštuolienė précise : « Le traitement de l’acné juvénile peut parfois prendre du temps. Il est normal d’attendre au moins 4 à 6 semaines après le début du traitement avant de commencer à mesurer ses effets et s’il est bien toléré. Toutefois, plusieurs mois (quatre ou plus) peuvent être nécessaires avant d’atteindre le résultat optimal. »

Un décalage avec les attentes

« Dans la plupart des cas, le traitement de l’acné juvénile n’a pas l’effet attendu car les patients s’attendent à un résultat très rapide. Ils arrêtent donc prématurément le traitement lorsqu’ils ne voient pas d’effet satisfaisant, après une ou deux semaines. De plus, au début du traitement, la plupart des médicaments utilisés pour traiter l’acné irrite la peau qui peut ainsi devenir rouge, sèche, squameuse ou démanger. Ces effets indésirables peuvent représenter un obstacle au traitement mais ils peuvent aussi facilement être corrigés. »

Mon traitement contre l'acné ne marche pas !

Attention, les traitements miracles contre l’acné n’existent pas… Avant de décider que le traitement ne vous convient pas, faites le point en étant honnête avec vous-même : l’avez-vous bien suivi tous les jours, régulièrement ?

C’est ce que les médecins appellent « l’observance », le fait de respecter exactement l’ordonnance. Si vous oubliez votre crème un soir sur deux, les résultats vont avoir du mal à être à la hauteur de vos attentes. Pareil si vous mélangez plusieurs soins sans le dire à votre dermatologue…

Le Dr Eglé Aukštuolienė est formel : « Rappelez-vous que le traitement de l’acné est long et requiert de la patience. Ne baissez pas les bras trop tôt ! Tout traitement contre l’acné doit être poursuivi pendant au moins 6 semaines avant de déterminer s’il est efficace. Si, malgré l’utilisation régulière et correcte d’un traitement contre l’acné, aucune amélioration n’est constatée après 6 semaines, il est recommandé de l’ajuster en ajoutant un autre médicament ou en remplaçant le médicament initial par un autre médicament, plus puissant ou agissant différemment. Le plus souvent, cette méthode conduit à un résultat positif. »

En cas d’irritation de la peau en début de traitement

Par ailleurs, le Dr Eglé Aukštuolienė explique « qu’il est important de respecter la fréquence de prise du traitement. Au début, l’état de la peau peut se détériorer, mais cela ne signifie pas que le traitement est inefficace. Si, après application, les soins irritent la peau, il est alors nécessaire de la laver après quelques minutes, puis de prolonger le temps d’application dès que la peau commence à mieux les tolérer. » Avant de conclure, « il est impossible d’éliminer les boutons en une semaine. S’ils diminuent d’environ 20 à 30 % au cours du premier mois, c’est déjà bon signe ! »

 

dermatologue-patients

  • Dr-sandra-Ly
    Sandra Ly, Dermatologue.

    Il faut être honnête, on a tous vécu ça. Quand on a un bouton avec un point blanc (une pustule), on ne peut pas partir au lycée avec. N’importe qui le percerait.

    Il faut le faire proprement, avec un minimum d’hygiène, juste pour l’évacuer, sans jamais s’acharner et sans abîmer la peau autour. Il ne faut pas espérer complètement l’évacuer, ce qui est de toute façon impossible. Il n’est pas question de faire disparaître le bouton mais juste que ce soit présentable. Si on insiste trop, le résultat obtenu est pire : on verra le bouton et la peau abîmée autour. Cela crée une croûte et puis une marque qui va durer beaucoup plus longtemps. Quand on a une croûte, il faut absolument arrêter de la

    manipuler. On peut mettre une crème cicatrisante qui protège du soleil. Et c’est tout ! Les points noirs peuvent être évacués, mais sans traitement, ils risquent de revenir. Si on n’y arrive pas, c’est peut-être une lésion profonde, un microkyste, extrêmement difficile à enlever soi-même. Seul un nettoyage de peau dermatologique peut les éliminer.

    Sandra Ly, Dermatologue.
  • 500x500 Joel Pacoret
    Joël Pacoret, psychologue.

    Le fait que les boutons soient aussi visibles, par vous et par les autres, donne ce genre de comportement. C’est une réponse à l’impatience. Le fait de triturer les boutons, c’est une fuite en avant, parce qu’on sait que ça aggrave la situation. Vous savez que vous ne devez pas le faire, mais c’est la seule action qui est à votre portée. C’est un passage à l’acte. C’est complètement addictif. Et c’est alimenté par l’impatience. C’est une tentative de reprendre contrôle qui est délétère, rarement le désir de se faire mal. C’est une tentative qui rate, qui aggrave, une fausse route. Il faut essayer d’instaurer une spirale vertueuse en expliquant pourquoi il ne faut pas toucher.

    Joël Pacoret, psychologue.

Traitement contre l'acné : comment aller au bout

  • Prenez des photos régulièrement pour constater l’évolution de votre acné au fil du traitement.
  • Fixez-vous des objectifs réalistes dans un journal de bord. Notez les améliorations, plutôt que vous concentrer sur le nombre de boutons de la semaine. Même si les effets sont lents et timides, ils sont là !
  • Partagez votre démarche avec un proche en qui vous avez confiance, qui sera là pour vous soutenir dans les moments de doute.
  • Informez-vous sur les mécanismes de l’acné pour mieux décoder votre peau et bien connaître ce qui lui convient ou pas.
  • 500x500 Joel Pacoret
    Joël Pacoret, psychologue.

    L’acné est une expérience à traverser, quelque chose qui vous rend plus fort. Même si c’est difficile à entendre quand on est ado.

    Joël Pacoret, psychologue.

BIODERMA photo produit, Sebium H2O F500ml  eau micellaire peau grasse

Nettoyant quotidien sans rinçage

Peaux mixtes à grasses Peaux à tendance acnéique

Technologie Micellaire

Sébium H2O

(168 avis)

L’eau micellaire dermatologique nettoie, démaquille et purifie sans assécher la peau.

Pour qui ?

Adultes, Adolescents

Nettoyant quotidien à rincer

Peaux grasses à tendance acnéique

Brevet D.A.F.

Sébium Gel moussant actif

(79 avis)

Nettoyant anti-imperfections. Désobstrue les pores. Tout en respectant votre peau.

Pour qui ?

Adultes, Adolescents

Nettoyant occasionnel

Peaux mixtes à grasses Peaux à tendance acnéique

Brevet D.A.F.

Sébium Gel gommant

(49 avis)

Le gel exfoliant pour une peau purifiée et douce.

Pour qui ?

Adultes, Adolescents

Sérum

Peaux à tendance acnéique

Sébium Sérum

(1032 avis)

Le 1er sérum écobiologique qui agit à l’origine des imperfections et des 1ers signes de l’âge*

Pour qui ?

Adultes

BIODERMA photo produit, Sébium Sensitive 30ml soin peau tendance acneique

Soin de jour

Peaux à tendance acnéique Peaux sensibles et fragilisées à tendance acnéique

Technologie InflaStop™

Sébium Sensitive

(58 avis)

Le soin quotidien des peaux sensibles à tendance acnéique qui apaise, réhydrate et élimine les boutons.

Pour qui ?

Adultes, Adolescents

Soin de jour

Peaux à tendance acnéique

Technologie SeboRestore

Sébium Global Cover

(34 avis)

Le soin qui masque et élimine les boutons, et empêche leur réapparition.

Pour qui ?

Adultes, Adolescents

Photoprotection spécifique

Peaux mixtes à grasses Peaux à tendance acnéique

Brevet Fluidactiv™

Photoderm AKN Mat SPF30

(4 avis)

La haute protection solaire matifiante qui limite les imperfections.

Pour qui ?

Adultes, Adolescents