Plus de 15 % des personnes diabétiques sont concernées un jour ou l'autre par des affections des pieds. Leurs apparitions doivent être surveillées avec la plus grande vigilance, car elles passent souvent inaperçues et évoluent silencieusement. Pourtant, les conséquences peuvent être gravissimes puisque le diabète reste la première cause d'amputation en France hors accidents (CEED1 : centre européen d’étude du diabète). Il est donc très important de réagir dans les meilleurs délais.

Tous les types de diabètes peuvent occasionner des complications chroniques multiples, liées à un excès de sucre dans le sang pendant de longues périodes. "Le pied du diabétique" désigne une fragilisation de la structure du pied provoquée par la maladie. On observe à la fois une perte de sensibilité du pied due à la neuropathie, et un défaut de cicatrisation dû à l'artériopathie. La moindre agression de la peau du pied peut dégénérer en plaie chronique. Parallèlement, les dérèglements biologiques classiques des personnes diabétiques entraînent une sécheresse accrue de la peau et une rigidification des tissus qui rendent la cicatrisation encore plus difficile. Tous ces facteurs expliquent l'apparition fréquente de callosités qui peuvent évoluer vers des ulcérations plantaires avec risque d'infection.

Au-delà de la perte de sensibilité, des fourmillements, picotements et engourdissements, la neuropathie entraîne des déformations des pieds car les muscles s'atrophient progressivement. Les pieds présentent souvent des oignons, des orteils en griffe ou en marteau. Comme ils deviennent creux et s'affaissent, les zones d'appui sont modifiées avec un risque accru de pressions prolongées qui occasionnent durillons, crevasses et lésions diverses.

  • Hallux valgus : déviation du gros orteil vers l'extérieur
  • Orteils en marteau : les orteils se replient sur eux-mêmes vers le haut
  • Orteils en griffe : les orteils se replient sur eux-mêmes vers le bas
  • par diminution de la sudation

La neuropathie joue aussi sur la transpiration, car le système nerveux contrôle les glandes sudoripares, qui sécrétent alors moins de sueur sur les extrémités des membres inférieurs.

  • par diminution de la production de sébum

Les diabétiques fabriquent également moins de sébum et le film hydrolipidique de protection de la peau est donc moins efficace.
Ces deux facteurs  expliquent que les pieds diabétiques deviennent secs, augmentant le risque de fissure. Cette sécheresse intense s'accompagne d'un épaississement des couches de la peau, une hyperkératose qui se manifeste par de la corne. 

Quel rôle joue l'artériopathie ?

Comme dans d'autres pathologies, le diabète se caractérise par une mauvaise vascularisation des pieds. Mal irrigués par le sang, ils cicatrisent difficilement à cause d'un déficit d'oxygène, aggravé par une fragilisation de la paroi artérielle due à l'hyperglycémie. Ce problème artériel vient s'ajouter à la neuropathie et complique encore les plaies du pied. Des ulcères douloureux et des nécroses des tissus peuvent apparaître car les fissures plantaires offrent une porte d'entrée aux bactéries pouvant causer des infections et gangrènes. 

Qu'appelle-t-on le mal perforant plantaire ?

La combinaison de la neuropathie et de l'artériopathie peut avoir des conséquences très graves. Le pied s'affaisse, de nouvelles zones de frottements apparaissent, la corne se développe et sous cette callosité d'origine mécanique, une poche de liquide finit par se créer. Avec la pression de la station debout et de la marche, le risque d'infection est très élevé. La poche de liquide évolue en abcès, qui finit par s'évacuer en formant un trou, très difficile à cicatriser et nécessitant parfois à terme une amputation, dans les cas les plus avancés.
85 %2 des amputations sont précédées d'une ulcération du pied.
D'après la FFD (Fédération Française des Diabétiques), environ 10 000 personnes diabétiques en France se font amputer tous les ans suite à une plaie du pied. Autrement dit, toutes les heures, une personne se fait amputer en France suite à une complication du diabète.

Si vous êtes diabétique, vous devez absolument faire un dépistage de la neuropathie une fois par an chez votre médecin. Il procédera à plusieurs examens qui permettront de graduer votre risque de développer un ulcère. Parmi ces examens :

  • Le test au monofilament qui permet d'évaluer la sensibilité du pied par pression cutanée à l'aide d'un fil de nylon.
  • La vérification d'éventuels problèmes artériels en prenant le pouls des pieds.
  • La détection de déformations et de mauvais positionnements des zones d'appui.

L'échelle de gradation du risque de développer un ulcère comporte 4 niveaux :

  • Grade 0 : pas de neuropathie sensitive.
  • Grade 1 : neuropathie sensitive isolée, nécessitant une surveillance accrue et des soins.
  • Grade 2 : neuropathie sensitive avec artériopathie et /ou déformation, consultation du podologue tous les deux mois.
  • Grade 3 : antécédent d'amputation ou d'ulcération ayant duré plus de 4 semaines, surveillance rigoureuse par un pédicure-podologue pour éviter l'aggravation.

Ensuite, le médecin vous indiquera la conduite à tenir en fonction des résultats. En cas de blessure ou de lésion quelconque, consultez votre médecin au plus vite. Rappelez-vous qu'une plaie du pied diabétique est une urgence.

La consultation régulière d'un pédicure-podologue s'inscrit dans la prise en charge médicale globale des personnes diabétiques, en complément du médecin-traitant. Elle est préconisée par les autorités de santé pour tous les patients souffrant de lésions de grade 2 et 3. Spécialiste des soins des pieds, le pédicure-podologue a plusieurs missions :

  • il procède d'abord à un bilan-diagnostic initial, avec examen des pieds, évaluation du risque podologique sur l'échelle de gradation et plan de soins personnalisés. En analysant l'évolution de la situation à chaque séance, il peut adapter les soins au fil du temps et réagir rapidement en cas d'aggravation.
  • il est chargé de l'éducation du patient et apporte tous les conseils utiles pour le chaussage.
  • il peut mettre en place un traitement orthétique (semelles) si les déformations du pied le nécessitent.

La prise en charge des soins à 100 % par l'assurance maladie prévoit 2 forfaits annuels différents :

  • un forfait de prévention pour les lésions de grade 2 sur la base de 4 séances de soins par an
  • un forfait de prévention pour les lésions de grade 3 sur la base de 6 séances de soins par an

Les séances peuvent être réalisées à domicile, mais leur prise en charge est soumise à prescription médicale.

Toutes les précautions doivent être prises pour éviter les plaies au niveau des pieds. Voici quelques recommandations utiles et pratiques au quotidien :

  • Ne marchez pas pieds nus même chez vous.
  • Portez toujours des chaussettes en coton ou fibres naturelles dans vos chaussures. N'oubliez pas de les changer chaque jour. Si les coutures vous blessent, portez-les à l'envers. Il existe des modèles spécifiques pour les diabétiques dans le commerce.
  • Evitez les collants et les bas qui font transpirer et gênent la circulation sanguine.
  • Concernant les chaussures, choisissez-les quand vos pieds sont un peu enflés, en fin de journée et en fonction de votre morphologie. En effet, elles doivent être suffisamment souples pour être confortables, mais assez rigides pour éviter une trop grande déformation dans le temps. Surtout ne portez jamais de chaussures trop serrées. Soyez très vigilant sur les sandales et chaussures ouvertes à brides qui provoquent des cisaillements importants. De même, évitez les chaussures à talon de plus de 4 cm : rappelez-vous que plus les talons sont larges, plus ils sont stables.
  • Enfin, vérifiez régulièrement le bon état des vos chaussures et inspectez l'intérieur chaque jour avec la main pour être sûr que rien ne peut vous blesser.
  • N'utilisez pas de bouillotte ni de couverture chauffante sur les pieds, vous pourriez vous brûler gravement sans vous en rendre compte.

Pour garder des pieds sains et en bonne santé :

  • Lavez vos pieds chaque jour avec un nettoyant doux sans savon, sans que la température de l'eau ne dépasse 37°C. Ensuite, séchez-les soigneusement, surtout entre les orteils, pour éviter les mycoses. Les bains prolongés sont déconseillés car ils ramollissent les tissus qui deviennent alors encore plus fragiles.
  • Hydratez vos pieds chaque jour avec une crème dermo-nourrissante, en évitant de passer entre les orteils.
  • Vous pouvez profiter de ce rituel d'hydratation quotidien pour inspecter attentivement vos pieds, afin de repérer d'éventuelles lésions même légères. Pour être sûr de ne rien oublier, aidez-vous d'un miroir pour voir le dessous de vos pieds plus facilement ou alors demandez l'aide d'une autre personne.
  • Pour le soin des ongles, utilisez des ciseaux à bouts ronds, coupez-les bien droits et jamais trop courts.

Recommandations complémentaires :

  • Ne tentez jamais de traiter vous-même cors, callosités, corne ou durillons.
  • N'utilisez pas de râpe, ni de lime en métal ou tout autre outil agressif et tranchant.
  • N'appliquez pas de produits coricides.

En cas d'ampoule, d'égratignure ou d'irritation, prévenez tout de suite votre médecin.
Consultez régulièrement votre pédicure-podologue.

Le taux de récidive des ulcères du pied après guérison est très élevé, c'est-à-dire que le risque de développer des lésions est augmenté.

En 2010, plus de 15 000 personnes ayant un diabète ont été hospitalisées pour plaies du pied. Dans les 12 mois suivants, 44 % de ces patients ont été réhospitalisés pour une nouvelle plaie ou une amputation et 20 % sont décédés. (Source : CNAMTS)

Deux conseils à suivre de retour à la maison, en plus des recommandations habituelles :

  • Gardez le pied en décharge autant que possible sans reprendre une marche normale, en s'aidant de cannes béquilles, semelles orthopédiques, orthèses plantaires, chaussures orthopédiques…
  • Examinez vos pieds quotidiennement
1 http://ceed-diabete.org/fr/le-diabete/les-chiffres/
2 Donnée HAS : Rapport juillet 2007, SEANCES DE PREVENTION DES LESIONS DES PIEDS CHEZ LE PATIENT DIABETIQUE,PAR LE PEDICURE-PODOLOGUE.

  • BIODERMA photo produit, Atoderm Intensive Gel moussant 500ml gel moussant peau sèche
  • Nettoyant quotidien à rincer

    Peaux sensibles très sèches, irritées à atopiques

    Brevet Skin Barrier Therapy™

    Atoderm Intensive Gel moussant

    Le gel nettoyant douceur, purifiant et anti-démangeaisons.

    Pour qui ?

    Pour toute la famille (saufs nourrissons prématurés)